Afrique : les accords d’itinérance ou de roaming décortiqués par l’Ivoirien Guibéssongui

0
1227

(CIO Mag) – « L’accord d’itinérance ou de roaming » de Dr Sévérin N’Datien Guibéssongui (photo) vient de paraître aux éditions Presses académiques francophones (Paf). Ce livre évoque et examine les problèmes juridiques, techniques, tarifaires et technologiques liés à la prestation des accords d’itinérance ou de roaming. Laquelle prestation est fournie par un opérateur de radiocommunications mobiles à un autre opérateur mobile, en vue de l’accueil sur son réseau, des clients de l’autre opérateur.

Vendredi dernier, cet ouvrage de 484 pages a fait l’objet d’une cérémonie de dédicace qui s’est tenue à l’hôtel Tiama d’Abidjan, sous la présence du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, et du directeur de Cabinet du ministre de la Poste et des TIC, André Apetey, représentant le ministre Bruno Nabagné Koné.  

Titulaire d’un doctorat en Droit des Télécommunications obtenu à l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, Dr Sévérin N’Datien Guibéssongui a révélé que ce livre est réparti sous deux axes. Le premier axe concerne la conclusion des accords d’itinérance ou de roaming : identification des acteurs et interventions des pouvoirs publics. Et le second axe, l’exécution des conventions de roaming : analyse tant sur les effets des accords de roaming que sur les responsabilités et contentieux pouvant en découler.

Expert-consultant de l’Union africaine des Télécommunications (UAT), Dr Guibéssongui a expliqué au cours de cette dédicace que l’accord d’itinérance vient  répondre à un problème de continuité de la couverture mobile qui apparait tant au plan national qu’au plan international.

« Au plan international, les autorisations de fréquences radioélectriques dont sont titulaires les opérateurs mobiles ne sont valables que sur le territoire de leur concession, ce qui veut dire que les clients mobiles, une fois hors des frontières, hors de leur territoire nationale, en principe, ne devraient plus bénéficier de la couverture mobile de leur opérateur », remarque Dr Guibéssongui, actuellement directeur général de ICT Consulting et Chargé de cours à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké.

A ses dires, l’accord de roaming entre opérateurs étrangers vise donc à répondre à ce problème de continuité de la couverture numérique, en conférant, presque, une forme d’ubiquité numérique à travers un accord d’itinérance ou de roaming.

« Au plan national, poursuit-il, il y a certaines portions du territoire qui correspondent à des zones dites blanches. Quand vous vous trouvez sur ces portions du territoire, vous n’avez aucune couverture mobile au plan national. Là aussi, pour résoudre un problème de continuité de la couverture mobile, les opérateurs nationaux vont conclure entre eux des accords dits d’itinérance locaux ou nationaux. »

A en croire le spécialiste, ces accords permettent aux abonnés des uns et des autres de pouvoir communiquer à partir du réseau de leur opérateur mobile initial mais qui n’a pas de couverture dans la zone blanche.   

Selon Dr Sévérin N’Datien Guibéssongui, les abonnés mobiles, opérateurs mobiles, autorités de régulations des télécoms et pouvoirs publics pourront, grâce à cet ouvrage, « mieux cerner l’ensemble des questions relatives à la nature de la prestation d’itinérance, à la tarification de gros et de détail, à la régulation du roaming, aux droits, obligations et responsabilités écoulant de l’usage ou de la fourniture de cette prestation mobile, tant au plan national qu’international ».    

 

Anselme AKEKO – Abidjan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here