Afrique subsaharienne : les retombées du numérique déçoivent malgré un accès croissant à Internet

0
1202

 

(CIO Mag) – Les bénéfices du numérique sont toujours en deçà des attentes en Afrique subsaharienne, selon un rapport publié mercredi par la Banque mondiale.

Entre 2006 et 2014, le taux de pénétration d’Internet a bondi de 1,22% à 10,84%, certes. Mais cela n’a fondamentalement rien changé dans les conditions de vie des populations. En termes de productivité que de gouvernance plus particulièrement.

Pour l’institution de Bretton Wood, plusieurs facteurs expliquent cet état de fait. Mais le plus pertinent reste la difficulté pour les pays au sud du Sahara à réaliser les « 1 000 derniers kilomètres d’infrastructures » nécessaires pour apporter l’Internet haut débit aux populations enclavées.    

 

NumériqueConséquence : le prix d’une connexion Internet haut débit dans cette région reste encore parmi les plus élevé au monde. Dans les pays côtiers, l’accès

 

à Internet est en moyenne tarifé à 206,61 dollars par mois, en parité de pouvoir d’achat, contre 438,82 dollars en moyenne dans les pays de l’hinterland.

De quoi freiner la démocratisation du numérique et empêcher les pays de véritablement profiter des avantages qui découlent de la diffusion de cette technologie.

Pourtant, le numérique a prouvé à travers le monde, notamment dans les pays de l’OCDE, sa capacité à impacter durablement et de façon positive les économies et la vie en communauté.

Selon la Banque mondiale, les entreprises qui interagissent avec Internet sont 3,7 fois plus productives que celles qui ne le font pas.

Aussi, le rapport de l’institution de Bretton Wood invite-t-il les dirigeants politiques à inscrire les projets de développement numérique au cœur de leurs programmes de gouvernance.

Cela signifie : investir encore plus dans les infrastructures de base ; contribuer au renforcement des aptitudes numériques des travailleurs ; créer les conditions de la concurrence, et promouvoir et encourager le développement de startups.

 

A. A

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here