Algérie Telecom : la fin promise d’un monopole

0
1384

(CIO Mag) – Si l’avant projet de loi relatif aux technologies de l’information et de la communication (TIC) passait en Algérie, il signerait tout simplement la fin du monopole d’Algérie Telecom. Le texte, si l’on en croit le site Liberté Algérie est fin prêt. Il devrait être discuté en réunion du conseil des ministres avant son passage au parlement pour examen et adoption. Le document entend ouvrir le secteur au privé, notamment pour le wifi grand public, l’ADSL, la fibre optique, mais aussi l’installation de datacenters. En clair, il souhaiterait une amélioration des services rendus aux populations en donnant la possibilité aux autres opérateurs, du privé de mutualiser l’infrastructure d’Algérie Télécom. Selon nos confrères algériens, les opérateurs autorisés  pourront, à partir du réseau de transport de fibre optique de l’opérateur historique, investir dans la boucle locale, soit « dans un réseau de fibre optique jusqu’aux clients et abonnés qui auront désormais la possibilité d’avoir un débit important et une grande vitesse de connexion.

Et pour l’ouverture du marché aux opérateurs issus du privé, le projet de loi a prévu des facilitations. L’article 109 stipule « qu’un exploitant d’infrastructures alternatives peut mettre à la disposition d’un tiers, comme le rapporte Liberté Algérie, la capacité excédentaire dont il dispose après déployé des infrastructures pour ses besoins propres afin de permettre à ce dernier d’établir une réseau de communications électroniques destiné uniquement à fournir des services de hautes capacités aux opérateurs détenteurs de licences ou d’autorisations générales ».  Et par infrastructures alternatives, il faut comprendre des canalisations, des ouvrages de génie-civil ou encore des ressources en fibre optique.

Ousmane Gueye

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here