Burkina : les opérateurs du mobile acceptent de mettre des données de renseignement à la disposition des forces de sécurité

 

(CIO Mag) – Le gouvernement du Burkina Faso souhaite des entreprises de téléphonie mobile qui opèrent sur le territoire national qu’elles mettent à la disposition des forces de défense et de sécurité, des données de renseignement qui permettront au pays de lutter efficacement contre l’insécurité, et particulièrement contre les attaques terroristes.

Porteur de ce message, le ministre d’Etat, de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, a partagé ses attentes, mardi 16 février, avec les donneurs d’ordre chez Airtel, Telmob et Telecel. Au cours de cette réunion au sommet, Simon Compaoré a insisté sur la nécessité d’une synergie entre les forces de sécurité et les opérateurs télécoms.

Objectif zéro puce non identifiée. C’est clair. Le Burkina Faso qui a récemment été ciblé par une série d’attaques terroristes ne veut plus voir sur son sol des individus qui utilisent des puces non identifiées. Aussi, le représentant du gouvernement à cette rencontre a appelé les compagnies de téléphonie mobile à prendre toutes les mesures pour faire identifier tous les utilisateurs de cartes SIM.

Message reçu cinq sur cinq par les responsables de ces entreprises. Ceux-ci ont même proposé de mettre en œuvre des services de géolocalisation pour accélérer les investigations. Ils ont également saisi cette occasion pour poser le problème des antennes relais dont l’installation reste toujours contestée dans les zones habitées.

 

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here