Cacophonie sur la 4G au Cameroun : l’autorité du Régulateur mise à l’épreuve

 

(CIO Mag) – Le lancement controversé de la 4G LTE par les filiales camerounaises de MTN et Orange pourrait mettre à mal l’autorité de l’Agence de régulation des télécommunications (ART). Ce, d’autant plus que les responsables de ces compagnies de téléphonie mobile continuent d’insister sur le fonctionnement effectif de leurs services 4G LTE pendant que l’ART, soutenue par la Ligue camerounaise des consommateurs (LCC), déclare que cette technologie n’est pas encore disponible quand bien même ces opérateurs seraient attributaires de licences 4G.

A maintes reprises, la direction de l’ART a fait observer que les entreprises de télécommunications opérant sur le sol camerounais sont encore au stade de « perfectionnement » de leurs réseaux 3G dont la performance n’a même pas encore été testée par ses services. Par conséquent, les usagers ne devraient pas s’attendre à recevoir maintenant la 4G (techniquement plus complexe) sur leurs smartphones.

A l’opposé, les opérateurs télécoms ne sont pas que surpris par ces déclarations. Ils les contestent vivement.

Selon un média local, le chef du département Information de MTN Cameroon, Georges Mpoudi Ngole, a révélé que cette entreprise a transmis une puce 4G et un smartphone compatible au directeur de l’ART, afin de lui permettre d’effectuer tous les tests nécessaires et de se rendre compte de l’effectivité de ce service.

Un chassé-croisé verbal sur fond de défiance qui, malheureusement, laisse le consommateur à son propre sort.

Ce dernier, par le biais de la LCC, était appelé, ce dimanche 10 janvier 2016, à boycotter les services de MTN et Orange, en signe de mécontentement, vis-à-vis de ces opérateurs mais aussi de l’ART qui éprouve, à l’évidence, des difficultés à rétablir l’ordre.

 

Anselme AKEKO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here