Côte d’Ivoire : les travailleurs de Comium en justice contre leur employeur

0
991

 

(CIO Mag) – On en parlait mais rien n’était encore arrêté. Depuis ce mardi, tout semble enfin clair. Si on s’en tient aux informations relayées par Alerte.info,  les ex-employés de Comium (Koz) ont décidé d’intenter une action en justice contre leurs dirigeants à qui ils réclament douze mois de salaires. Ces derniers, il faut le rappeler, sont partis de la Côte d’Ivoire une semaine seulement après le déclenchement de la crise née de la décision de l’Autorité de régulation des télécommunications/TIC (ARTCI) de lui retirer, depuis le 29 mars 2016, sa licence de téléphonie mobile, tout comme celles octroyées à GreenN, Warid Télécoms et Niamoutié K Télécoms (Café mobile).

Mauvaise foi ? Une source proche du dossier soutient que les dirigeants de Comium auraient versé à leurs employés, début avril, les salaires du mois d’avril dès les premières heures des discussions avec le collectif des délégués. Etait-ce une stratégie pour  calmer les ardeurs des travailleurs avant de prendre la poudre d’escampette ? Une chose est sûre, c’est le cœur meurtri que les quelques 320 employés de Comium ont appris, le 10 avril, que leurs responsables avaient quitté le pays. La note transmise à Alerte.info fait état de travailleurs dans le désarroi total. Toutes choses ayant poussé le collectif des délégués à saisir la justice pour faire respecter leurs droits.

Un plan qui tarde. De son côté, l’Etat de Côte d’Ivoire, par l’entremise du directeur de cabinet du ministère de l’Economie numérique et de la Poste, André Apété, et du directeur général de l’ARTCI, Bilé Diéméléou, rassure qu’un plan sera mis en œuvre pour régler le cas des employés qui se sont retrouvés du jour au lendemain à la rue. Pour l’heure, rien ne pointe encore à l’horizon.

 

Anselme Akéko – Abidjan