Économie numérique : le Cameroun entend relever de lourds défis

  • 30 avril 2018
  • 0
  • 89 Vues

(CIO Mag) – Si certaines personnes pensent que le Cameroun a du chemin dans le processus de la transformation numérique, que cela va prendre du temps pour sa concrétisation, les autorités quant à elles, surtout le ministère des Postes et Télécommunications, sont déterminées à surclasser les autres pays et à faire mieux.

Défis et perspectives

Afin d’améliorer de manière considérable cette évolution technologique, l’un des défis au Cameroun est l’alphabétisation qui représente un véritable frein au développement du Cameroun. Les résultats restent alarmants. Par ailleurs, le problème d’accessibilité à l’électricité dans les zones rurales retarde le Cameroun dans sa nouvelle quête du développement. Pour les populations à faible revenu, l’Internet est un luxe. Comme solution pour démocratiser l’accès à Internet, les spécialistes sont unanimes pour proposer la réduction des coûts encore élevés de la connexion. Ils proposent également d’améliorer l’électrification dans les zones rurales à s’appuyant sur l’énergie solaire ; et d’apporter un soutien aux programmes d’appui comme la “Technovation Challenge Cameroon” qui permettent aux jeunes de se lancer dans le développement d’applications numériques à fort impact socio-économique.

Les pouvoirs publics entendent aussi s’investir dans le développement de l’informatique et de l’électronique, et la transformation de l’économie traditionnelle (agriculture, transport, éducation, etc.) par l’intégration des TIC. Il s’agit, en outre, d’impliquer davantage le secteur privé dans le cadre de partenariats public-privé visant à renforcer les infrastructures numériques, vulgariser les TIC, promouvoir les métiers du numériques, encourager l’innovation chez les jeunes, dans un cadre juridique répondant aux nouveaux enjeux du numérique.

Fossé numérique

Selon le rapport digital 2018 de We Are Social publié en janvier dernier, le Cameroun a un taux de pénétration d’Internet évalué à environ à 25%. De ce fait, il reste largement en dessous de la moyenne africaine évaluée cette année à 34% (435 millions d’internautes africains sur ses 1,2 milliards d’habitants), mais deux fois plus que la moyenne régionale d’Afrique centrale qui se situe à 12% seulement.

Considérée comme un nouveau modèle qui prend en compte l’ensemble des secteurs qui s’appuient sur les TIC pour créer de la richesse et améliorer les conditions de vie des populations, l’économie numérique réinvente notre société en investissant progressivement tous les domaines de la vie et tous les secteurs de l’économie : une interaction avec, d’un côté, des producteurs de e-services des télécommunications, des TIC et du web, et de l’autre côté, des consommateurs de e-services.

Au Cameroun, la mise en place de cette nouvelle économie va prendre un peu de temps, car au-delà du défi des infrastructures, il y a celui de la mise en place d’un cadre juridique, fiscal et réglementaire solide pour encadrer et booster la transformation numérique, dont un des leviers reste le capital humain, qui soulève la question de la formation et de la réduction du gap d’usage.

Jean-Claude NOUBISSIE – Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *