Présidentielle Gabon 2016 : Airtel et Libertis impliqués dans la campagne ?

0
1234
Au Gabon, la campagne pour l'élection présidentielle du 27 août se déroule également sur les réseaux mobiles des opérateurs télécoms. © Gabonreview

(CIO Mag) – Airtel Gabon et Libertis sont-ils impliqués dans la campagne pour l’élection présidentielle du 27 août prochain ? En tous cas, les usagers d’Airtel Gabon et de Libertis ne manquent pas de faire des commentaires sur l’auteur des SMS à des fins électoralistes qu’ils reçoivent depuis l’ouverture officielle de ladite campagne, il y a une dizaine de jours.

« Voulons-nous d’un risque permanent ou de l’égalité des chances ? Votons Ali pour des changements fiables et stables ». Ce message qu’on peut lire sur la photo qui illustre cet article fait partie de ceux qu’un usager de la téléphonie mobile dit avoir reçu sur son téléphone portable.

Réagissant à cette préoccupation au micro de Gabonreview, un consultant explique que Libertis et Airtel Gabon ne sont pas les auteurs de ces SMS bien que leurs réseaux mobiles respectifs sont utilisés pour les émettre.

Selon ce consultant, les SMS à caractère promotionnel émis par ces entreprises de télécommunications sont précédées du short-code «Airtel» ou «Libertis». Ce qui n’est pas le cas pour les messages que les abonnés mobiles ont reçu. Car ces derniers sont précédés du short-code «ChangEns».

Mais que gagnerait une société de téléphonie mobile à émettre des messages de campagne au risque d’associer son image de marque à celle d’un candidat à la présidentielle ? Sur ce sujet, le consultant de Gabonreview croit savoir que l’émission d’un short-code dans ce pays d’Afrique centrale est du ressort de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la Poste (Arcep). Qui cède son pouvoir à qui veut transmettre un message via le réseau mobile d’un opérateur télécoms.

Et toujours selon cet expert, pour faire envoyer un short-code, l’émetteur, c’est-à-dire l’opérateur économique, l’institution ou l’administration débourse environ 10 millions de francs CFA. Dans cette opération, l’entreprise de téléphonie dont le réseau a servi de canal de communication toucherait une commission. Celle-ci est estimée à 30 ou 40% de ce montant.

A.A

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here