FinTech-Crowdfunding : la combinaison gagnante pour financer les PME africaines

2
2250
Jeudi 17 novembre 2016. Abrogoua Michel, président du Groupe financier ivoirien Phoenix Capital Management (PCM) lors de 3ème édition du "Champions & SME Africa Forum". (Photo CIO Mag)

La 3ème édition de la conférence « Champions & SME Africa Forum » sur le thème « Améliorer l’accès au financement et la compétitivité des entreprises » s’est ouverte jeudi 17 novembre en présence du ministre du Commerce de la République de Côte d’Ivoire, Jean-Louis Billon, et de son homologue Gabonais de la Promotion des PME, chargé de l’entrepreneuriat national, Biendi Maganga Moussavou. Elle a permis aux panélistes de poser la problématique du financement des PME en début d’activité, c’est-à-dire à « l’amorçage », mais surtout de présenter la révolution apportée dans cette industrie par la FinTech : terme combinant « Finance » et « Technologie » et dont l’une des applications, le crowdfunding, donne la possibilité à un entrepreneur local de faire financer son projet via Internet par un investisseur se trouvant à l’autre bout du monde.

(CIO Mag) – Les banques, c’est connu, ne savent pas toujours financer une start-up en début d’activité. L’aversion des risques conduit bien d’établissements financiers à accepter d’accompagner seulement les PME qui ont fait du chemin et totalisent plus de 3 ou 5 ans d’existence. Du coup, dès les années de création, la période la plus risquée de l’investissement, nombre de start-ups se retrouvent face à la problématique du financement des ressources nécessaires au développement de leurs activités. Conséquence: neuf start-ups sur dix meurent en Afrique sans avoir pu exposer au niveau local ou international les bénéfices de leurs inventions.

FinTech

« Heureusement », comme l’a expliqué le président du Groupe financier ivoirien Phoenix Capital Management (PCM), Michel Abrogoua, lors de la 3ème édition du « Champions & SME Africa Forum » qui s’est ouverte jeudi 17 novembre au Sofitel Hotel Ivoire d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, il existe une solution pour les start-ups quel que soit le secteur d’activité. Grâce à la révolution numérique, les FinTech, entreprises innovantes utilisant les technologies pour reinventer les services financiers et bancaires, se développent. Via Internet, des entrepreneurs locaux accèdent aux business angels, ces investisseurs qui prennent le risque d’injecter des fonds dans une start-up innovante à un stade précoce de création, quitte à perdre de l’argent ou gagner le jackpot.

« La FinTech explose avec l’entrée des GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple, ndlr) dans le secteur bancaire; la globalisation est telle qu’on peut avoir un investisseur ailleurs; la FinTech est en train de révolutionner le secteur », a fait observer Michel Abrogoua, keynote speaker de la conférence sur le thème : « Innovations dans le financement des PME en Afrique : vers une « Ubérisation » du mode de financement des entreprises ».

Crowdfunding

L’ex-Directeur régional du Fonds américain Emerging Capital Partners (ECP) ajoute que « le crowdfunding est une des applications de cette industrie ». Financement participatif faisant appel, en ligne, à un nombre important d’investisseurs, le crowdfunding offre en effet un moyen de communication efficace permettant « à un promoteur de toucher le public dans le sens le plus large et de financer son projet ». « Cette innovation, constate l’ancien Vice-président du Groupe bancaire Ecobank, pourrait permettre de décloisonner notre problématique et permettre aux PME nouvelles de pouvoir accéder au financement nécessaire. »

Une vision partagée par les panélistes. Lesquels disent avoir constaté ces dernières années que les innovations dans l’industrie du financement se font en dehors de la banque traditionnelle. A travers l’internet et les plateformes de mobile money. Offrant aujourd’hui aux entrepreneurs, des outils numériques pour lever des fonds sur différents marchés. Par exemple, le Camerounais Arthur Zang a lancé un crowdfunding qui lui a permis de collecter via Internet la somme de 8.800 euros qui a été injectée dans la production à grande échelle de son invention : le Cardiopad. Une tablette tactile à usage médical conçue pour effectuer l’acquisition, le traitement et la transmission de signaux cardiaques via le réseau GSM.

Au cours de la 3è édition du « Champions & SME Africa Forum » qui s’achève ce vendredi 18 novembre, les panélistes, vu l’impact du crowdfunding, ont proposé de faciliter le dialogue entre opérateurs de FinTech et de services financiers, afin d’améliorer l’accès au financement et la compétitivité des PME qui constituent l’essentiel du tissu économique sur le continent.

Outre les panels, la journée de jeudi a été marquée par la signature d’une convention d’assistance technique pour la mise en place d’un fonds de garantie au Gabon entre African Guarantee Fund, le ministère de la Promotion des PME, chargé de l’entrepreneuriat national et BPI France.

Anselme Akéko, Abidjan

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, vos illustrations sont intéressants. Il est bien vrai que les start-ups et PME ont toujours eu des problèmes de financement venant des établissements bancaires. Je crois aussi que le crowdfunding est plus qu’une grande innovation de financement pour mettre en oeuvre des milliers de projets en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here