ICANN : l’avenir de la gouvernance mondiale de l’internet se joue à Marrakech

1
1431

 

(CIO Mag) – Le gouvernement américain va-t-il abandonner sa tutelle sur l’Icann, (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’autorité internationale des noms de domaines internet (.org, .com) ? C’est la question qui mobilise la communauté Internet multipartite mondiale réunie à Marrakech où se déroule la 55ème conférence de l’Icann, en partenariat avec l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) du Maroc, rapporte le quotidien L’Economiste. Démarrées le 5 mars, les discussions se poursuivront jusqu’au jeudi 10 mars prochain. Six jours de débat entre la société civile, les gouvernements, les professionnels de l’Internet, les entreprises du secteur du numérique et les Régulateurs télécoms pour faire le bilan du transfert des prérogatives de l’Icann vers une organisation multipartite et débattre du rôle que pourra jouer cette l’Icann dans la gouvernance future des noms de domaine.

L’Afrique s’impatiente. Sujet d’importance capitale pour l’Afrique, d’autant plus qu’il se joue au même moment l’avenir de l’industrie de l’Internet qui charrie des promesses de développement considérable dans tous les secteurs d’activités. D’après une étude diligentée par l’Icann, la réduction des barrières de l’économie digitale ferait progresser de 2 à 3% les PIB des pays africains. C’est à juste titre donc que ces derniers militent pour une gouvernance transparente qui leur permettrait de cueillir au bond les retombées qui émanent de cette industrie. Selon notre source, Icann, le régisseur mondial des noms de domaine pourrait saisir l’occasion de cette tribune pour annoncer l’implantation d’un bureau physique en Afrique.

Volte-face. En mars 2014, le gouvernement américain avait annoncé son intention de céder en septembre 2015, la gouvernance de l’Internet à une organisation multipartite, avant de revenir sur sa décision en août 2015, en prolongeant jusqu’en septembre 2016 voire même au-delà son influence sur l’Icann. A cette date, les Etats-Unis avaient soulevé une inquiétude. Celle de voir la gestion des noms de domaine Internet tombée entre les mains de « gouvernements totalitaires ». La crainte des Américains s’est-elle dissipée depuis lors pour accepter, enfin, de passer le relai à une nouvelle organisation ? C’est là tout l’enjeu de la 55ème conférence de l’Icann.    

 

Anselme Akéko

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here