IT Forum Congo-Brazzaville : la 3ème édition ouvre ses portes ce jeudi

0
1448
IT Forum Congo 2015. Deuxième à partir de la gauche, le ministre de l'Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard Itoua, qui avait à sa gauche le directeur de publication de CIO Mag, Mohamadou Diallo. (Archive CIO Mag)

(CIO Mag) – La 3ème édition de l’IT Forum Congo-Brazzaville se déroulera ce jeudi 6 octobre au Radisson Blu M’Bamou Palace, sous les auspices du Premier ministre, Clément Mouamba. Organisée par le magazine panafricain CIO Mag en partenariat avec le DSI Club Congo et Pratic, cette édition permettra aux acteurs de l’écosystème digital du Congo Brazzaville de débattre des enjeux et perspectives de l’arrimage du pays à l’économie numérique.

Signe de l’importance de ce rendez-vous annuel pour les autorités du pays, six membres du gouvernements sont annoncés. Il s’agit des ministres Bruno Jean Richard Itoua (Enseignement Supérieur), Léon Ibombo (Postes et Télécommunications),  Hellot Mampouya (Recherche et Innovation technologique), Yvonne Adelaide Mougani (PME et Artisanat), Alain Akouala (Zones Économiques Spéciales) et Benoit Bati (Economie numérique et Prospective).

La présence de ces personnalités sur la scène de l’IT Forum Congo constituera l’un des points d’orgue de cette édition. En effet, comme prévu dans le programme, les membres du gouvernement animeront la 1ère plénière sur le thème « Arrimer le Congo à l’économie numérique : enjeux et perspectives ».

La seconde plénière sur « La place du E-gouv dans la transformation de l’économie congolaise ? » sera l’affaire des dirigeants de MTN Congo, Congo Télécom, Azur Télécom et Airtel Congo. Le tout placé sous la modération de Luc Missidimbazi, Conseiller du Premier Ministre.

A noter que huit (08) workshop (ou ateliers thématiques) de 10 minutes chacun donneront la possibilité aux opérateurs télécoms, fournisseurs d’accès internet ainsi qu’aux éditeurs de solutions informatiques de décliner leurs visions et les moyens indispensables à une transformation numérique réussie aussi bien de l’Administration que des entreprises privées.

Anselme Akéko

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here