La ministre Houda-Imane Faraoun : « L’ARPT doit être le pivot du développement du secteur des TIC »

0
2877

Dans un communiqué rendu à la presse, la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la Communication, Houda-Imane Faraoun, a indiqué que l’ARPT doit être le pivot du développement du secteur de la Poste et des TIC.

« L’ARPT doit être le pivot du développement du secteur de la Poste et des TIC, c’est l’instrument de l’Etat pour instaurer la concurrence d’abord, ensuite pour veiller à ce qu’elle soit loyale et transparente en protégeant le marché des PTIC contre les mauvaises pratiques », a-t-elle déclaré lors d’une réunion avec les membres du conseil de l’Autorité de régulation de la poste et des technologies de l’information et de la communication. Selon la même source, la ministre a exhorté les membres du Conseil à communiquer davantage sur les activités de l’autorité relevant que « L’ARPT est méconnue, voir mal connue des usagers », a-t-on précisé. Elle a également salué l’initiative de l’ARPT d’avoir consacré un espace web pour la réception des doléances du public, seules en mesure d’orienter ses actions vis-à-vis des opérateurs. Lors de cette réunion, les deux parties ont passé en revue divers dossiers relatifs au secteur de la Poste et des TIC.

L’appel de la ministre aux operateurs
La ministre qui a suivi avec beaucoup d’intérêt l’exposé sur l’organisation et les missions de cette institution a salué le rôle important de cette dernière, garante de l’application de la loi et du respect des procédures. Entre autres points au programme de cette rencontre, la portabilité des numéros, occasion où la ministre a appelé les cadres de l’autorité à se pencher sur cette question. « Cette option vise à promouvoir la concurrence en poussant les opérateurs à plus d’effort pour fidéliser leurs clients et encouragerait, par conséquent, l’amélioration de la qualité de service », a-t-elle argumenté. « Les chiffre affichés par l’ARPT devraient concerner le taux de couverture réel et non celui relatif aux obligations du cahier des charges, afin de ne pas illusionner le consommateur », a-telle relevé. Elle a appelé à « plus de rigueur dans les enquêtes de certification de taux de couverture, et surtout la communication au public des résultats à chaque opération ». L’autre interrogation de la première responsable du secteur a porté sur les retards enregistrés dans l’approbation des catalogues d’interconnexion. A ce sujet, Mme la ministre a demandé à l’Autorité de revoir les dates d’approbation des catalogues et de leur mise en vigueur en supprimant l’effet rétroactif, « injuste pour les actions commerciales et d’investissement pour les opérateurs ». Sur le même sujet, le président du Conseil a assuré la disposition de l’Autorité à recevoir et répondre aux recours des opérateurs, dans un cadre de concertation et un souci d’équité. Dans ce contexte, elle a demandé à ce que cette première occasion ouverte par le SUT soit utilisée pour expérimenter l’itinérance entre les opérateurs, qui devront partager leurs ressources dans les zones couvertes par ce service, et prochainement lors de la couverture des zones d’ombre, relevant que « la finalité étant de tendre, à terme, à offrir à l’usager une itinérance nationale totale ». S’agissant de la régulation de la Poste, la ministre a exigé que l’opérateur public Algérie Poste soit contrôlé au même titre que les opérateurs privés DHL, UPS, TNT et FEDEX.

Youcef MAALLEMI – Alger

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here