Le Cameroun lance la portabilité d’ici novembre mais à quelles conditions?

0
1040

 

(CIO Mag) – Le 19 avril dernier, Orange, MTN et Nexttel, les trois entreprises de téléphonie mobile opérantes au Cameroun ont signé avec Huawei technologies, un contrat pour mettre en place la plateforme technique du projet de portabilité des numéros dans le pays. La portabilité a ceci d’avantageux qu’elle permet à tout abonné au réseau de communication mobile de quitter un opérateur pour un autre sans changer de numéro. L’expérience a prouvé que la pratique stimule une saine concurrence entre opérateurs, désormais obligés de déployer des stratégies commerciales afin de conserver leurs clients.

Mais au Cameroun, les abonnés devront patienter jusqu’à novembre prochain pour profiter de ce service prévu par la loi de 2010 sur les communications électroniques. Ce, d’autant plus que chaque opérateur doit payer 1,5 milliard de francs Cfa pour la portabilité. Il faudra, en outre, attendre que l’Agence de régulation des télécommunications (ART) et les opérateurs s’accordent sur les pénalités encourues en cas de non-respect des engagements, une fois les bases de données centralisées. Le dispositif réglementaire à mettre en place dans le cadre de la portabilité couvre aussi la responsabilité des opérateurs, ainsi que les clauses sur la qualité de service. Des aspects sur lesquels il faudra également plancher.

Autant dire que le chemin à parcourir par le Cameroun est encore long pour lancer la portabilité, après son voisin nigérian.   

 

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here