Les données médicales de 1,6 million d'Anglais seront analysées par Google

 

(CIO Mag) – Ils sont plusieurs hôpitaux britanniques à avoir ouvert leurs bases de données médicales à Google. Mais attention, c’est pour la bonne cause, précise le magazine The Newscientist. Le périodique assure que le géant américain va se servir de ces données pour améliorer la qualité des diagnostics. La Royal Free London NHS Foundation Trust, une fondation privée de soins qui rassemble trois hôpitaux de Londres, a scellé un accord avec DeepMind, le laboratoire de recherche de Google destiné au développement d’un logiciel d’intelligence artificielle, qui, comme nous l’apprend le site Sciences et Avenir, est « capable de digérer et d’analyser de gigantesques bases de données, puis d’apprendre de ses erreurs ». Le programme en question s’est bien illustré en mars dernier.

Seulement, cette fois, il va devoir fouiller dans les antécédents médicaux des patients pour mieux guider les médecins dans le choix des thérapies les pertinentes. L’article du newscientist, repris par Sciences et Avenir, note que « L’objectif n’est pas de remplacer les médecins mais de les guider en leur fournissant des données supplémentaires basées sur des données qu’il serait trop long, pour un individu, de consulter en totalité »

Il est à préciser que le but de l’opération n’est pas de diagnostiquer toutes les maladies. Pour le moment, l’objectif est de mettre au point un application qui va aider à améliorer la détection de l’insuffisance rénale aiguë. Une pathologie, apprend-t-on encore avec le magazine the newscientist qui concerne un patient sur six et qui entraîner la mort.

 

Ousmane Gueye

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here