Mise sur écoute de Chefs d’Etat africains : pour Alex Corantin, « impossible de s’en prémunir »

0
1610
Alex Corantin, à droite. © campusen.sn

(CIO Mag) – L’affaire avait défrayé la chronique ces derniers jours en Afrique. Il s’agissait du scandale des écoutes d’éminentes personnalités africaines dont des chefs d’Etat, des opposants ou encore des responsables militaires dans une vingtaine de pays. Est-il possible d’échapper à cet espionnage à grande échelle quand ce sont de grands dirigeants du monde qui sont écoutés à leur insu ? Pas du tout, répond le président du chapitre sénégalais d’Internet Society. Pour Alex Corantin, également enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, il est impossible de s’en prémunir. Pour preuve, le spécialiste se fonde sur le fait que les communications transitent par plusieurs réseaux qui échappe à la maîtrise de celui qui émet ou reçoit l’appel. « L’information passe d’un réseau à un autre et donc, à tout point de vue, il est technologiquement possible, normalement, d’écouter une conversation ».

Lire aussi Révélations Snowden : une vingtaine de chefs d’Etats et de personnalités africains espionnés par la Grande-Bretagne

Que faire alors ? Reste à espérer, d’après Monsieur Corantin, que celui qui veut écouter ce que vous dites au téléphone ne puisse pas le faire puisqu’il doit choisir votre communication sur un total de plusieurs milliards de milliards de coups de fils. Sauf que, conclut l’enseignant-chercheur, si la personne désireuse de vous écouter est vraiment déterminée, il suffit qu’elle mette les moyens pour y arriver. Alex Corantin rappelle au passage qu’il existe une législation internationale sur la question, mais qu’il faut des accords entre pays pour l’aboutissement des dossiers.

Ousmane Gueye, Dakar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here