Mouhamed Faouzou Dème : «L’application des TICS dans la gestion du tourisme offre d’énormes potentialités»

Mouhamed Faouzou Dème est Expert en gestion hôtelière et management touristique, spécialiste des questions de l’e-tourisme.

Mouhamed Faouzou Dème est Expert en gestion hôtelière et management touristique, spécialiste des questions de l’e-tourisme. Ancien  Conseiller Spécial des cabinets de plusieurs ministres du tourisme, dont le célèbre Ministre Youssou Ndour, du Directeur Général de l’agence nationale de promotion du tourisme, et du PCO Mamadou Racine Sy Président du patronat du tourisme sénégalais. Il a  présenté et défendu en présence du Président de la République Monsieur Macky Sall et du Ministre du tourisme et des transports aériens, Monsieur Oumar Gueye, le volet tourisme du plan Sénégal émergent, en France, au Club de Paris lors de son examen par les investisseurs et les bailleurs.

Entretien réalisé par Youcef  MAALLEMI

Cio Mag : Quelle est la stratégie digitale  du secteur du tourisme actuel ?

Mouhamed Faouzou Dème : La stratégie digitale du secteur du tourisme, est une préoccupation majeure du secteur privé et une attente légitime des acteurs, et professionnels du tourisme, au niveau de nos états respectifs, de nos institutions sous régionales, et régionales, telles que : l’UA, la CEDEAO, L’UEMOA, la BCEAO. De même que des moyens, et des modes de financements adaptés au secteur, qui sont la principale source de tous les maux du tourisme de notre espace, y compris le manque de vision et de volonté politique. L’accès à Internet est l’une des plus grandes chances et opportunités d’affaires pour notre espace communautaire, d’après colonisation et de toutes les indépendances. L’e-tourisme dans une simple et compréhensible définition à travers le Web, est le mariage des nouvelles technologies et du secteur du tourisme. Autrement dit, l’application des TICS dans la gestion du tourisme. Celles-ci offrent d’énormes potentialités et de possibilités interactives, de communications, de visibilités, de réservations, de vente online, et de promotion des destinations touristiques de notre espace, qu’ils importent à nos gouvernants et décideurs d’exploiter. Bien sûr les agences de voyages ont un rôle à jouer, elles sont incontournables dans la promotion et la vente de circuits d’une destination, malgré l’entrée en force du e-tourisme. Il faut que nos agences de voyages s’impliquent davantage et qu’elles jouent leur rôle avec efficacité et réactivité.

Est-ce que, selon vous,  l’évolution des TICs oblige-t-il le secteur du tourisme à suivre les changements ?

L’évolution des TICS oblige, l’industrie du voyage et du tourisme à suivre les changements, ainsi que la dynamique que le digital a entraîné dans les habitudes de consommation des individus, devenus consom’acteurs. Une grande partie des achats est effectuée via le web, et le secteur du voyage et du tourisme n’y échappe pas. D’ailleurs il est l’un des précurseurs du e-commerce par le voyage en ligne et à travers la maturité de ses progiciels et l’inter connectivité des GDS dans le Web 2.0, dont le rôle dans la gestion, la réservation et la vente de billets d’avions dés les premières heures de l’avènement du transport aérien, a toujours permis au compagnies aériennes et à l’hôtellerie d’optimiser la gestion des flux d’informations et des passagers.

L’e-tourisme est une gestion automatisée du tourisme, qui permet l’achat du billet, en passant par l’information sur plusieurs sujets et aspects du voyage, à la réservation de l’hôtel, ainsi que la chasse aux bons plans et aux meilleurs prix. Vous validez ?

Aujourd’hui, de nombreuses personnes organisent leur séjour par internet et plus de 60% des voyageurs achètent en ligne, soit 523 milliards U$ de paiements directs. Dans les statistiques de 2015, l’OMT a indiqué qu’il y a eu plus d’un milliard cent quatre vingt millions de touristes dans le monde. Et selon le baromètre de l’e-tourisme, plus de la moitié de ces voyageurs ont utilisé le Web pour leur prestation de voyages. Ainsi, l’espace communautaire de la zone UEMOA ne peut faire abstraction et échapper à cette dure réalité, dont l’Observatoire du Tourisme Marocain, l’un des concurrents directs de notre espace, a publié dans ces enquêtes que 90% des touristes à destination du Maroc ont réservées leurs hébergements sur Internet, avec 56% des achats en ligne, soit 149 Millions de DH d’achat en monnaie électronique.

Quelles est votre analyse sur le E-tourisme dans le monde ?

Quelques chiffres des tendances numériques, permettent de mieux comprendre les enjeux pour agir en conséquence, ce qui permet de justifier et d’illustrer nos stratégies digitales. Il y a plus d’un milliard de sites internet dans le monde, trois milliards d’internautes, deux millions et demi d’abonnement internet très haut débit uniquement en France, le pays le plus visité au monde, ou huit français sur dix estiment que les NTICS sont indispensables et incontournables. Il y a un milliard trois cent millions d’usagers actifs sur Facebook dans le monde, cela indique que le numérique s’est installé positivement dans le quotidien des internautes, en termes de relations humaines, de communication, et de relations d’affaires. Tous ces exemples et ces chiffres prouvent à suffisance, l’importance du tourisme en ligne basée sur une stratégie digitale et sur l’économie numérique. En faisant du benchmark, sur le cas du Maroc, il est nécessaire et obligatoire, que les stratégies digitales suivent la volonté des gouvernements, dans leur politique de développement de l’économie numérique, d’autant que le numérique est un formidable levier de croissance et un vivier pour l’emploi des jeunes de l’espace UEMOA. En effet, le web attire la jeunesse, il est dans l’air du temps, et il est une excellente vitrine de promotion, de l’image d’une destination, à condition qu’elle soit exploitée de manière efficiente. Son objectif étant de faire croître la notoriété du tourisme, et améliorer la visibilité online des destinations, par la promotion de contenus et de programmes variés des destinations à travers une utilisation plus forte du digital, qui vise le renforcement de l’E-réputation, et améliore davantage l’image de marque d’une destination. Cela suppose un contenu riche, actualisé en permanence, accessible par le Web et en plusieurs langues. Pour ce faire, cela nécessite d’autres outils, avec la mise en place de canaux de communication qui intègrent différentes cibles, à savoir les touristes, les professionnels du secteur, les investisseurs et les citoyens. Une telle politique vise à disposer d’informations riches sur les produits touristiques, d’une part, et les opportunités d’investissements d’autre part, au moyen de système E-Administration à travers un intranet et un back office pour le suivi de la performance, de la communication et de la promotion qui sont les principaux axes autour desquels s’articulent la stratégie digitale du secteur touristique. Le secteur prive pour sa part devrait axé sa stratégie digitale et numérique sur l’ambition d’augmenter le taux de notoriété de leur établissements et améliorer l’image de marque de l’espace communautaire à travers l’instrument du PRDTOUR, en exploitant les canaux pour accroître les recettes des arrivées touristiques, étaler les saisons de départs et fidéliser les touristes nationaux, transfrontaliers et internationaux.

Quel est le rôle de l’UEMOA, dans tout cela ?

L’UEMOA doit revoir sa communication web et axer sa stratégie digitale sur la création d’un site web communautaire et son accessibilité sur différents supports numériques, ainsi que son  ouverture sur les réseaux sociaux et sa dynamisation autour du cadre communautaire incitatif à l’investissement. L’espace communautaire doit avoir ses propres blogueurs spécialisés en tourisme. Et ce n’est pas tout, un colloque sous régional sur la stratégie du digital et les politiques e-tourisme, sous l’égide de l’UEMOA en partenariat avec la FOPATH, devient une exigence de l’heure, au moment ou nos économies touristiques sont en difficultés, il est urgent que ce colloque se tiennent avec au même moment un séminaire sur la compréhension et la transversalité du tourisme pour les élus, parlementaires et les politiques.

Quel est votre dernier mot ?

Et pour terminer nous suggérons un agenda événementiel tournant, intitulé « l’Afrique fête le tourisme » dont le maitre d’ouvrage serait la commission tourisme de l’UEMOA et le maitre d’œuvre la Fédération des Organisations Patronales de l’Hôtellerie et du Tourisme de l’Afrique de l’Ouest. Cette grande fête du tourisme dont l’objectif est de promouvoir le tourisme dans l’espace communautaire, sera l’occasion de distinguer et de primer les meilleures entreprises, les meilleurs talents du tourisme dans les différentes disciplines. Ce sera également l’occasion de réunir sur un même plateau tous les ministres du tourisme, les tours opérateurs, les hôteliers, les agents de voyages, les compagnies aériennes, les universitaires les banquiers, les investisseurs, et les établissements de formations pour échanger sur un pacte de performance et de partenariat sur l’avenir du tourisme de la zone. Plus qu’un salon international, plus forte qu’une foire internationale du tourisme, plus glamour que les oscar et soirées de gala cet événement du tourisme tournant inter et intra-régional d’envergure internationale, sera placé sous la présidence d’honneur d’un chef d’état, ou d’une grande personnalité de renommée mondiale, des arts, de la culture, du sport, du cinéma, des mécènes et du tourisme. Cet événement sera sans nul doute le plus grand rendez vous de l’histoire de toutes les fêtes, et manifestations culturelles, artistique, puisqu’il va fêter le tourisme. Une fête pour inviter les touristes du monde entier à découvrir l’espace communautaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here