Orange Cameroun: 1,2 million de numéros en cours de suspension

0
1521
1,2 million de numéros non identifiés pourraient être suspendus par Orange Cameroun après le processus d'identification des abonnés de la téléphonie mobile qui s'achève ce jeudi 30 juin 2016.

(CIO Mag) – 1,2 million de numéros non identifiés pourraient être suspendus par Orange Cameroun après le 30 juin 2016, date butoir de l’opération d’identification des abonnés de la téléphonie mobile. Selon Camerpost, les dirigeants de la filiale camerounaise du Groupe Orange ont communiqué ces chiffres à la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, lors de la visite qu’elle a effectuée lundi, à Yaoundé, et mardi, à Douala, aux trois opérateurs de la téléphonie mobile, MTN Cameroon, Orange Cameroun et Nexttel, afin de juger par elle-même le niveau d’évolution du processus d’identification qui prend fin aujourd’hui.

Il ressort des échanges avec les responsables de ces différentes entreprises que 500 000 lignes téléphoniques ont été déjà suspendues chez Orange Cameroun. Le même nombre de numéros bloqués a été avancé par MTN Cameroon.

Mardi dernier, soit à deux jours de la fin de la campagne, Orange Cameroun affichait 4,2 millions de numéros identifiés pour un parc d’abonnés estimé à 9 millions de personnes. Chez Nexttel, le nombre de lignes téléphoniques identifiées représente 75% du parc d’abonnés mobiles qui, lui, se chiffre à 3,6 millions de personnes. Quant à l’opérateur MTN Cameroon qui totalise pas moins de 10 millions de clients, il mise sur sa méthode d’enregistrement numérique pour relever le défi de l’identification des abonnés à la téléphonie mobile.

Cette énième campagne, rappelons-le, vise à doter le Cameroun d’une base de données fiable des usagers de la téléphonie mobile. Comme le stipule le décret n°2015/3759 du 3 septembre 2015 fixant les modalités d’identification des abonnés et des équipements terminaux des réseaux de communications électroniques, les opérateurs qui ne se conformeront pas à cette disposition dans le délai fixé par le gouvernement ne sont pas à l’abri d’une sanction.

Lors de sa visite, Minette Libom Li Likeng, la ministre des Postes et Télécommunications, n’a pas manqué de le signifier à ses interlocuteurs, affichant ainsi la détermination du gouvernement à faire respect son décret.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here