Abidjan / Paula Januszkiewicz (PDG CQURE) : « Dans ce contexte actuel de terrorisme, il est important de pouvoir contrôler les informations »

0
2760

 

Douée en technologies de l’information, Paula Januszkiewicz est une figure incontournable dans le monde de la cyber-sécurité. PDG de CQURE, conseiller privilégié de Microsoft, elle fait partie du cercle restreint d’experts ayant un accès direct aux codes source de Windows. Aujourd’hui, elle étend son expertise à l’international, en donnant des formations. Notamment, dans les domaines tels que les tests d’intrusion, l’audit, la conception, la sécurité des réseaux, etc. Un capital-expérience qui vaut à cette Polonaise d’être formatrice certifiée par le EC-Council, l’organisation internationale qui délivre les seules certifications reconnues à l’échelle mondiale en sécurité informatique. En Côte d’Ivoire le 12 février dernier, à la faveur du lancement du programme de formation 2016 en sécurité informatique de NSIA Technologies, Paula Januszkiewicz s’est prêté aux questions de CIO Mag. Notamment, sur l’évolution des attaques informatiques dans le monde, les menaces qu’elles font peser sur les économies africaines, et la protection des données personnelles.

 

CIO Mag : Comment les attaques informatiques ont-elles évolué dans le monde au cours des cinq dernières années?

Paula Januszkiewicz : Ces attaques ont évolué du fait qu’elles ne sont plus concentrées sur les infrastructures mais sur les utilisateurs. Et elles se concentrent plus sur la récolte d’informations plutôt que sur l’accès aux infrastructures système en tant que tel.

 

CM : Quelles sont les menaces que ces types d’attaques font peser sur les économies africaines ?

P.J. : Généralement, les attaques affectent plus ou moins tout le monde. Mais dans ce cas-là, puisque les attaques sont orientées vers la récolte d’informations, pour l’Afrique qui est un continent en croissance, si quelqu’un invente une nouvelle technologie, cette technologie peut être volée et utilisée à d’autres fins. Et cela peut avoir un impact négatif sur l’économie en générale.

 

Le programme de formation en sécurité informatique de NSIA Technologies va aider dans un premier temps à comprendre déjà les menaces possibles

 

CM : Dès lors, comment le programme de formation qui sera délivré par NSIA Technologies peut-il permettre de réduire ces menaces ?

P.J. : Le programme de formation en sécurité informatique de NSIA Technologies va aider dans un premier temps à comprendre déjà les menaces possibles, à mieux cerner justement l’environnement et à mieux contre-attaquer et sécuriser l’environnement du numérique.

 

CM : On note aussi que la question de la souveraineté des Etats apparaît toujours dans les débats sur la protection des données à caractère personnel. Quel regard portez-vous sur cette problématique ?

P.J. : Personnellement, j’approuve ce type de restriction mise en place par les gouvernements du fait que les données à caractère personnel, les données privées doivent être plus ou moins contrôlées et ne doivent pas être divulguées n’importe comment. Les gouvernements doivent avoir un meilleur contrôle, surtout dans ce contexte actuel de terrorisme international, il est important de pouvoir contrôler les informations qui sortent ou qui entrent dans le pays. 

 

CM : Quelle est votre perception de la sécurité informatique en Côte d’Ivoire ?

P.J. : Je n’ai pas d’idée sur la sécurité informatique en Côte d’Ivoire de façon spécifique. Je vais m’y penché. Mais généralement toutes les attaques sont pour la plupart les mêmes, telles que les attaques de phishing (hameçonnage, ndlr), qui sont des attaques assez répandues. Les structures internes de chaque pays s’organisent pour mettre en place certaines stratégies pour contrecarrer ce type d’attaque et ce type de criminalité. Aussi, l’information et la formation peuvent aider à améliorer l’environnement de l’internet et du cyberespace.

 

Propos recueillis par

Anselme AKEKO

Abidjan

 

 

Lire aussi :

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here