Twitter : les rumeurs de rachat de la plate-forme de retour

(CIO Mag) – Revoilà les spéculations sur l’avenir de Twitter. D’après la chaine d’informations financières CNBC reprise par Le Monde, la plate-forme aux 140 caractères qui traverse actuellement une passe difficile envisagerait sa mise en vente. Le site français croit même savoir que des discussions préliminaires ont déjà été tenues avec Google et Salesforce, le spécialiste des logiciels dans le Cloud. Seulement, les négociations risquent d’être âpres dans la mesure où les patrons de Twitter réclameraient 26 milliards 700 millions d’euros, soit 3 milliards 800 millions de plus que la somme dépensée en juin dernier par Microsoft pour le rachat de LinkedIn, le réseau social dédié aux professionnels. En plus, le montant mis en avant par la plate-forme de microbloging dépasse de loin sa capitalisation boursière de 13 milliards de dollars. En dépit de toutes ces considérations, il semblerait que l’étape du montant à verser à déjà été franchie malgré la réticence de Jack Dorsey, la cofondateur qui a repris les rennes de l’entreprise en juillet 2015. D’après le New York Times, deux pistes ont également été étudiées : un nouveau plan social et une cession de plusieurs activités dont Vine, la plate-forme qui permet de créer des vidéos de 10 secondes.

Mais tout cela se fait presque sous la pression selon nos confrères du Monde. Ils soutiennent que Twitter n’a plus vraiment le choix étant donné que le plan de relance mis en place par Dorsey tarde encore à porter ses fruits.  Fin juin, l’entreprise comptait 313 millions d’utilisateurs actifs dans le monde, soit à peine 9 millions de plus qu’un an auparavant. Aux Etats-Unis où se trouve son plus grand marché, le nombre d’utilisateurs stagne. Aussi, la croissance des recettes publicitaires ne progresse plus. Voilà certainement ce qui fait que l’annonce – une énième fois- du rachat de Twitter a suscité l’enthousiasme des investisseurs à Wall Street. L’action de la société américaine a bondi de plus de 22 % enregistrant sa plus forte hausse depuis son premier jour de cotation en novembre 2013. En une seule séance, note Le Monde, elle a effacé quasiment toutes les pertes subies depuis le début de l’année.

Ousmane Gueye

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here