Voici les 7 pays africains qui ont bloqué internet et tout l’argent qu’ils ont perdu

0
1119

(CIO Mag) – Maroc, Algérie, Congo-Brazzaville, Ethiopie, Ouganda, Libye et Tchad. Voilà les sept (07) pays africains qui ont bloqué Internet et des applications de voix sur IP (WhatsApp, Viber et Skype) entre juillet 2015 et juin 2016, pour des mobiles tout aussi différents les uns des autres. D’après une étude menée par le Centre pour les innovations technologiques (CIT) de la Brookings Institution (USA), le blocage de ces outils de communication portés gratuitement par les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) a occasionné des pertes financières évaluées à plus de 689 millions $.

Si en Lybie, en Ouganda et au Tchad, l’argent perdu consécutivement au blocage d’Internet pendant les joutes électorales (présidentielles ou générales) est respectivement estimé à 414 194 dollars US, 2 160 617 dollars et 3 712 931 dollars US, le ressenti de ces actions sur l’économie des autres pays est encore plus important.

C’est le cas par exemple en Ethiopie où la Toile était devenue inaccessible en novembre 2015 au moment où des populations de la région Oromia exprimaient leur mécontentement contre des mesures d’expropriation. Le blocage d’Internet perçu à tort ou à raison comme une entrave à la liberté d’expression a coûté à l’Etat 8 539 355 dollars US, selon le CIT.

En Algérie et au Congo-Brazzaville, la note a été encore plus salée. L’Algérie a perdu 20 504 794 dollars US en suspendant les applications de VoIP pour limiter les fuites des épreuves du baccalauréat. Le Congo-Brazzaville, lui, a laissé filer 72 514 694 dollars US suite à l’interruption d’internet, courant octobre 2015, pour freiner la mobilisation de l’opposition politique contre le projet du Chef de l’Etat de présenter à nouveau sa candidature à l’élection présidentielle.

Mais ce n’est pas tout, puisque la perte financière la plus importante est enregistrée au Maroc où Viber, Skype et WhatsApp sont bloqués depuis janvier 2016. A en croire les experts de la Brookings Institution, cette interruption de service (dont le retour est toujours réclamé par un citoyen devant un tribunal), a fait perdre au royaume 320 456 034 dollars US.

Comme expliqué par des spécialistes, les applications de type VoIP connues sous le vocable de services par contournement ou Over-The-Top (OTT) répondent à un besoin du marché en favorisant le développement de l’internet et du large bande au bénéfice de tous. Y compris des opérateurs télécoms et des entreprises comme les médias numériques et les établissements financiers. Leur suspension impacte inévitablement le produit national brut.

Anselme Akéko

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here