Côte d’Ivoire : visite terrain de la reine Máxima des Pays-Bas pour le renforcement de l’inclusion financière et numérique

Avocate spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour la finance inclusive, la reine Máxima des Pays-Bas s’est rendue lundi matin dans le quartier Anonkoua-Kouté d’Abobo situé à Abidjan nord, puis sur le site de Foods’Co, une usine de transformation de noix de cajou basée au sud de la ville, pour recueillir des témoignages sur le financement des femmes et des entreprises agricoles en matière d’inclusion financière et numérique.

© Photos Cio Mag par Anselme Akéko

(Cio Mag) – Ce matin du lundi 13 juin à Anonkoua-Kouté, la reine Máxima des Pays-Bas, assise sur un canapé en compagnie d’un membre de sa délégation, échange avec un groupe de femmes de l’Association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC), communément appelée “AVEC, Amour main dans la main”. Dans l’appartement où elle est reçue, simplicité, joie et émotion imprègnent sa venue. En sa qualité de Mandataire spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour la promotion de services financiers accessibles à tous qui favorisent le développement (UNSGSA), elle effectue une visite de deux jours en Côte d’Ivoire, en vue de recueillir des témoignages sur la manière dont l’accès et l’utilisation des services & produits financiers et numériques aident les femmes, les petites entreprises et le secteur agricole. Mais aussi, discuter avec les dirigeants et les principales parties prenantes de ce qui pourrait être nécessaire pour mieux répondre aux besoins des utilisateurs finaux.

Au cours des échanges, N’Cho Raymonde, présidente de l’AVEC, raconte à l’Avocate spéciale comment cette association créée en 2014 par Care international Côte d’Ivoire a permis l’autonomisation financière de plusieurs dizaines de femmes du village.

« Aujourd’hui, je peux dire que je suis heureuse. Dans [l’association] AVEC, j’ai tout ce que je veux », confie-t-elle.

Financement digitalisé des femmes

Grâce à un prêt octroyé par la microfinance Advans Côte d’Ivoire, les femmes de l’AVEC mènent à bien leurs commerces de pagne, de poisson, d’œuf et de volaille. Des activités ayant permis à ces femmes d’ouvrir un compte d’épargne. Et selon la présidente, ce compte bancaire est relié à un compte Mobile MTN, permettant des transferts d’argent à partir du compte mobile money vers le compte bancaire et du compte bancaire vers le compte mobile money. Outre l’exploitation du porte-monnaie électronique pour maîtriser le flux des épargnes, l’application mobile Chomoka développée par Care international est utilisée par l’association pour faciliter la collecte des données sur ses membres.

A la Mandataire des Nations Unies, la porte-parole des femmes de l’AVEC a également fait part de leurs vœux : être équipées d’un véhicule de transport de marchandises. Elle a aussi sollicité son plaidoyer pour faire passer le délai de remboursement des prêts bancaires à 12 mois contre 6 actuellement. Après les échanges, la visite s’est poursuivie au marché d’Anonkoua-Kouté.

Cap a été mis ensuite sur Foods’Co SA, une usine de transformation de noix de cajou (aussi appelée anacarde), installée au sud d’Abidjan. En plus du directeur général, Sanogo Tahirou, l’Avocate spéciale s’y est entretenue avec Renée Chao-Beroff, PCA de la plateforme digitale Wi-Agri, et Pierrette Kouakou, directrice générale de la microfinance Fin’Elle.   

Numérisation des chaines de valeur agricoles

Foods’Co et Fin’Elle, deux acteurs de la chaîne de valeur anacarde présents sur Wi-agri, mais pas que !  « Sur la plateforme, il y a des producteurs, des acheteurs, des usines de transformation, des institutions financières comme Fin’Elle, et aussi ceux qui vendent des intrants comme Callivoire », détaille, à Cio Mag, Renée Chao-Beroff. Pour elle, l’approvisionnement des usines en noix de cajou directement sur la plateforme Wi-agri permettra de passer l’échelle de 10 % de transformation en Côte d’Ivoire à 50 %, de créer de la valeur et d’augmenter les prix pour les producteurs. Cela aidera aussi les femmes, employées comme ramasseuses, décortiqueuses ou main-d’œuvre dans les usines de transformation, à devenir de petites entrepreneuses dans les villages.

« C’est ça l’inclusion financière qui permet aux femmes de toute la chaîne de valeur de trouver leur place dans une chaîne de valeur développée », a souligné la PCA de Wi-agri.

Si les propos de Renée Chao-Beroff démontrent l’importance de Wi-agri dans la pérennisation de la filière anacarde, ils attestent surtout du rôle crucial que le numérique peut jouer dans le développement économique et social du secteur agricole, un sujet au centre des priorités de l’Avocate spéciale du secrétaire général des Nations Unies.

Au terme de la visite de l’usine Foods’Co, la reine a révélé que les discussions ont porté sur la manière d’organiser les chaînes de valeur agricoles pour augmenter la qualité de vie des producteurs.

« Pour ça, on a besoin de connectivité, être sûr que tout le monde a un compte mobile, parce que sans la connexion, c’est impossible d’organiser toute la chaîne de valeur », a déclaré la Mandataire spéciale.

Puis la reine de conclure : « Ce qui est important, c’est de travailler tous ensemble, d’organiser toute la chaine de valeur. Ça veut dire, pas seulement les producteurs, [mais aussi] les transformateurs et les distributeurs, les gens qui vendent les produits fertilisants et tous les autres produits dont les producteurs ont besoin pour faire la production comme il faut. Donc, ce n’est pas seulement un acteur qui va tout changer, mais tous les acteurs ensemble, facilités par la numérisation. »

Anselme Akéko

Responsable éditorial Cio Mag Online

Journaliste spécialisé en économie numérique, cybercriminalité, inclusion numérique et financière, et transition digitale. Passionné de web journalisme, Anselme Akéko est Responsable éditorial Cio Mag Online et correspondant en Côte d'Ivoire.
Contact : +225 05 55 46 49 94 (WhatsApp)

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.