L’Accord de Libre-Échange Continental Africain (ALECAf) et ce qu’il signifie pour le e-commerce

La nature actuelle des relations internationales, marquée par une multiplication de crises diverses (économiques, politiques et socioculturelles), exigeant la mobilisation des capacités conjointes des Etats et des acteurs non étatiques (entreprises et individus), pour trouver une solution durable qui contribuerait à améliorer le niveau de vie dans les pays africains, marque les raisons fondatrices de l’ALECAf.

Conformément à l’agenda 2063 de l’Union africaine (UA) qui vise à construire “l’Afrique que nous voulons”, c’est-à-dire à promouvoir la connectivité intra régionale entre les capitales en créant un marché, des frontières et un réseau de transport aérien uniques et unifiés. Un conglomérat d’États et d’industries variés qui entraînera un changement considérable dans la réduction de la pauvreté, un afflux de mouvements humains via le tourisme, un système qui fonctionnera pour les femmes, promouvant ainsi l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. L’ALECAf est le projet et le plan directeur de l’Afrique pour transformer l’Afrique en une puissance mondiale de l’avenir. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement pour les Africains et les entreprises, en particulier pour le commerce électronique ?

Avant cette initiative et jusqu’à présent, l’Afrique compte plus de quatorze blocs économiques et huit communautés régionales reconnues par l’UA. Il s’agit notamment de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de la Communauté de développement de l’Afrique Australe (CDAA), pour n’en citer que quelques-unes.

Image Google.com

Beaucoup de personnes étrangères à ce concept penseront que l’ALECAf signifiera moins de sécurité pour leur pays, leurs frontières et leurs marchés. Cependant, l’existence de ces blocs économiques régionaux peut être considérée par les commentateurs comme une entrave au processus de développement du continent africain dans sa globalité au niveau continental. En réalité, avec ces blocs régionaux, il est extrêmement difficile pour les vendeurs ou les entreprises de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), par exemple au Kenya, de commercer facilement avec les nations appartenant à la CEDEAO, au Nigeria par exemple. En réalité, ces blocs régionaux ont des lois et des accords commerciaux différents, utilisent des monnaies différentes et ont des niveaux de développement et des PNB différents. La priorité de ces blocs économiques est d’assurer un commerce continu entre ses membres, de promouvoir les liens diplomatiques et les aspects sécuritaires entre autres. Néanmoins, cette “quête de sécurité” entrave la croissance économique potentielle du continent. Un exemple parfait est le cas des services de e-commerce. Dans des circonstances normales, le e-commerce a des capacités de livraison de 24 heures à 3 jours ouvrables sur les territoires nationaux où il opère, en fonction de ses sites d’exploitation et de la surface terrestre du pays concerné. Cela signifie que l’on peut s’attendre à recevoir ses marchandises dans un délai relativement court pour un prix beaucoup moins élevé que celui d’une personne se trouvant dans un pays voisin ou, pire encore, dans une communauté économique régionale différente.

Quelques défis:

Si une plateforme de commerce électronique opère par exemple au Kenya et qu’un client en ligne du Nigeria souhaite effectuer des transactions à partir de cette plateforme, il recevra généralement son achat après une période relativement plus longue et avec des contraintes coûteuses, voire jamais (s’il n’y a pas de liaison aérienne) que s’il se trouvait au Kenya. Cette différence existe en raison des blocages économiques mis en place par les communautés économiques régionales. Ils comprennent les droits de douane, les taxes, la bureaucratie, pour n’en citer que quelques-uns. Le coût des droits de douane ne pouvant être supporté par le producteur, ces coûts sont répercutés sur le consommateur final. Dans les pays où la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) existe, les consommateurs peuvent se voir acheter un bien à 1,7 fois son prix initial. Ceci est particulièrement vrai pour les dix-sept États africains utilisant le système comptable de l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires). Cela a généralement des effets dévastateurs sur les consommateurs qui dépensent plus dans des économies où ils gagnent beaucoup moins, mais aussi sur les entreprises qui se retrouvent à fermer leurs portes à cause de la bureaucratie à suivre et du coût élevé de l’existence dans certains blocs régionaux….

L’Indice d’Intégration Régionale en Afrique (IIRA)1, en partenariat avec l’UA, est un indice composite qui évalue la manière dont les pays et les communautés économiques régionales progressent dans la réalisation de leurs programmes d’intégration, sur la base de seize indicateurs, regroupés en cinq dimensions. L’IIRA mesure également l’état de l’intégration régionale du continent dans son ensemble avec pour finalité de rendre l’Afrique plus connectée pour les entreprises et les personnes.

Les cinq dimensions concernent (1) la libre circulation des personnes, (2) l’intégration des infrastructures, (3) l’intégration macroéconomique, (4) l’intégration productive et (5) l’intégration commerciale. Elles sont essentielles pour le succès du commerce électronique en Afrique en particulier et pour le développement en général. La libre circulation signifie que les personnes se déplacent plus rapidement et plus efficacement, ce qui favorise le tourisme et l’inter-culturalisme. L’intégration des infrastructures signifie une plus grande connectivité des routes entre les pays (routes, chemins de fer et ports) et également moins de droits de douane et de bureaucratie. L’intégration macroéconomique prend en considération la stabilisation des économies, des monnaies et des conventions internationales guidant les lois du commerce. L’intégration productive suppose la qualité et la quantité en termes de toujours égaliser la demande et l’offre par rapport aux désirs de chaque pays. Enfin, l’intégration commerciale signifie l’élimination des taxes, des embargos et l’augmentation éventuelle des subventions gouvernementales pour s’adapter aux tendances et aux exigences internationales.

Image Google.com

Les perspectives d’avenir

Les experts s’accordent à dire que l’intégration régionale élargit les marchés et les échanges, renforce la coopération, atténue les risques et favorise la coopération socioculturelle et la stabilité régionale. Il a également été démontré que l’intégration régionale maximise les avantages de la mondialisation tout en contrant ses effets négatifs, et qu’elle stimule le développement dans les pays les moins avancés en améliorant la capacité de production et en encourageant les investissements dans les éléments d’infrastructure qui présentent le plus grand potentiel économique. Cela signifie également que le commerce électronique a la possibilité de tirer parti des marges bénéficiaires et d’améliorer la gestion de la chaîne d’approvisionnement sur le continent. C’est aussi l’occasion d’encourager les industries africaines, en rendant les produits africains plus disponibles et accessibles à tous. En outre, cet accord continental, associé à la pénétration de l’internet sur le continent, stimulera de manière exponentielle le commerce électronique, car de plus en plus d’Africains commencent à apprécier les achats en ligne et les services de livraison à domicile. Selon l’étude de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) des Nations unies intitulée “Connecter l’humanité²”, il s’agit d’un marché représentatif de plus de 700 millions de personnes connectées à l’internet. Un marché africain commun fera également de l’Afrique la plus grande zone de libre-échange continentale du monde, avec un investissement d’environ 97 milliards de dollars dans l’infrastructure internet.

L’argument avancé est que l’Afrique sera un marché florissant pour le e-commerce ainsi que pour les entreprises de commerce électronique qui devront mettre à disposition l’infrastructure nécessaire aux affaires.

Historiquement, travailler à la mise en place d’une zone de marché commune sous régionale était nécessaire pour la rencontre des personnes situées dans les mêmes régions. C’était également important pour la réinvention de la cohésion sociale qui était traditionnellement observée dans une cohabitation culturelle, une redécouverte locale ou traditionnelle et une coexistence pacifique dans les parties sous régionales du continent. Il est indispensable que les États accélèrent la mise en œuvre de l’ALECAf pour une Afrique durable, pacifique, économiquement viable et compétitive sur la scène internationale.

« … la numérisation et l’ALECAf offriront aux PME nouvelles et existantes la possibilité de se développer non seulement au niveau national, mais aussi sur l’ensemble du continent… »

E-Commerce comme solution à l’intégration:

L’argument avancé est que l’ALECAf offre la solution pour un marché africain intégré par le biais du commerce à travers les régions économiques et les pays. Cet échange par le biais de ces plateformes encourage les pays et les régions économiques à se doter de cadres réglementaires, de politiques et de lois communes, ce qui permettra de créer un marché africain cohérent. Il est également vrai que la numérisation et l’ALECAf offriront aux PME nouvelles et existantes la possibilité de se développer non seulement au niveau national, mais aussi sur l’ensemble du continent, au-delà des fossés numériques existants, en raison des lois et réglementations en vigueur. Les législateurs de chaque pays ont donc la responsabilité de s’aligner sur l’ALECAf afin de combler ces fossés numériques.

  1. L’Indice d’Intégration Régionale de l’Afrique (IIRA) L’indice des pays voisins : https://www.integrate-africa.org/rankings/dimensions/
  2. L’étude de l’Union internationale des télécommunications (UIT) des Nations unies intitulée “Connecter l’humanité” : Quartz Africa : “Qui en profitera si nous faisons de l’accès à l’internet une réalité pour tous en Afrique ? https://qz.com/africa/2069725/who-benefits-when-all-africans-have-internet-access/

Auteur : Siyanda Makhubo, Responsable des Relations Publiques et de la Communication du Groupe Jumia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.