Comment les SMS favorisent la paresse intellectuelle et fragilisent le couple

0
2291

(CIO Mag) – Les Camerounais avec leur portable Androïde ou non sont depuis quelques années familiarisés à parler moins au téléphone. Ils préfèrent les textos encore appelés SMS (Short Message Service). Toutefois, si toute langue a une grammaire, c’est-à-dire un ensemble de principes qu’il faut utiliser pour mieux la parler, on se rend compte que le langage Sms prend de l’ampleur avec des messages qui ne respectent pas les normes de la langue centrale. Résultat, la langue se trouve dans une position très inconfortable. Même si le parler est propre à une culture développée par le locuteur et qui tend à s’éloigner de la langue classique, il faut relever que ce parler a un code propre entre les deux communicants. A ce rythme, la langue d’origine a tendance à se détériorer. Et cela est inévitable. Car, les habitués des Sms qui sont pour la plupart des jeunes et surtout la gent féminine veulent disent-ils gagner en espace, en temps et en argent. Alors qu’il faut d’abord maîtriser la langue avant de pouvoir la manipuler avec fantaisie.

Il est clair que de nos jours, avec l’avènement des téléphones portables sous toutes les gammes, il n’existe pas encore des téléphones portables avec dictionnaire comme dans un ordinateur classique. Sauf si son utilisateur se fait installer l’application dictionnaire. Il est aussi vrai que nos jeunes élèves et étudiants, ceux de la vie active parlent de moins en moins bien la langue de leur culture (français, anglais, allemand…) à cause du temps et de l’argent (le crédit ou les unités de communication) dans leur téléphone. Ils se servent même des jargons qu’ils utilisent allégrement à l’école, au point où certains rendent leur copie avec des abréviations. Ce qui, hypothèque le cursus scolaire de certains jeunes qui n’auront pas toujours le niveau requis pour avancer. Les habitués des Sms ont tendance à aimer la facilité dans leur communication en économisant les mots sans toutefois s’apercevoir que les Sms créent l’insécurité parce qu’ils affaiblissent le niveau de la langue. Car, ils favorisent la paresse intellectuelle.

André Parfait Nougui, jeune homme d’affaires et membre de l’association des jeunes entrepreneurs du Cameroun, quant à lui, utilise régulièrement les Sms avec ses partenaires ou ses copains uniquement pour les urgences précise-t-il. Il poursuit : « quand je n’ai pas d’unité pour parler ou pour appeler avec mon téléphone, je fais des Sms. Le Sms a beaucoup d’avantage. Il me rend service, je ne saurais comment m’en départir pour mes affaires. Le Sms est aussi une preuve, si vous prenez le soin de garder les messages, que vous avez effectivement envoyé un message à votre partenaire. La fréquence d’utilisation des Sms n’influe en rien mon parler ou mon écrit. Je sais quand utiliser les Sms en langage codé entre amis. Je ne me vois pas en train de me mettre à formuler des longues phrases avec des copains alors qu’en deux mots ou en deux lettres on se comprend. A chaque milieu son style et son type de langage ». Pour Hélène Kouoh, le Sms, ça fait tendance, surtout lorsque devant le mari, le petit ami ou les parents tu as un message à faire passer en intimité et surtout en toute discrétion, seul celui qui reçoit le message décode mieux le message. Parce que explique t-elle : « le Sms est particulier. J’avoue lorsque je suis un peu coincée face à mon principal mec, « les textos » (Sms) sont une nécessité à laquelle je ne peux pas me soustraire pour éviter tout soupçon et éviter le grabuge-parce que aussi tôt j’efface le message que j’envoie ou que je reçois ». Anselme Fouda, enseignant pour sa part pense que le Sms c’est pour un temps, que les Sms sont un raccourci qui lui permet d’économiser les mots, son temps et son argent. C’est aussi selon lui un code entre amis, entre personnes de même catégorie pour mieux se comprendre en un mot, des personnes d’une même génération : « c’est vrai poursuit-il, que les jeunes utilisent les Sms pour faire des messages courts. Conséquence, leur manière de parler français est altérée. Parfois, nous les enseignants, nous nous plaignons de l’invasion de ces Sms dans les copies des élèves ce qui nous attire des ennuis. Mais, je pense que l’utilisation des Sms est liée à une étape de la vie, c’est pour un temps l’utilisation de ce mode communication ».

En tout cas, les mauvaises habitudes et les maladies vénériennes ont au moins un point commun : elles peuvent s’attraper facilement. Mais après viennent les problèmes, évidemment difficiles ou qu’ils prendront du temps pour s’en départir. Car, une fois installé, le mal ne se laisse pas aisément déloger. Et les personnes « contaminées », en plus d’en souffrir, peuvent le répandre autour d’eux. Qui peut garantir que l’habitude d’écrire le son, acquise au fil des Sms, ne va pas sans conséquences se répercuter sur la qualité de l’orthographe des pratiquants ?

Si chacun peut comprendre que le « texto » ou Sms » ait apparu avec un « péché originel » toléré quant à l’orthographe, personne ne doit laisser les petits mots du lexique Sms devenir de grands maux pour la langue, des caries pour l’expression écrite. Le téléphone portable crée déjà assez de désagréments à tous les niveaux surtout dans les couples où les femmes, lorsqu’elles reçoivent des coups de fil en présence de leur conjoint, soit elles s’expriment à petits mots, soit elles parlent avec des codes, soit elles créent un vrai-faux problème de perturbation de réseau et cherchent à se déplacer pour mieux converser. Ajoutons à cela les Sms où seules, elles pianotent sur le clavier de leur portable pour des messages intimes à leur interlocuteur. Et, à tous les niveaux bonjour les dégâts.

Jean-Claude NOUBISSIE, Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here