Communications électroniques : le Togo et le Bénin se concertent à Lomé

Les régulateurs du Togo et du Bénin se sont concertés du 2 au 5 août sur l’harmonisation des signaux des services de téléphonie mobile aux frontières. Le but est d’éviter les interférences entre les opérateurs des deux pays.

(Cio mag) – ARCEP-Togo et ARCEP-Bénin se sont engagés à cordonner ensemble la régulation des signaux. Avec l’implication des opérateurs, les régulateurs devront de temps en temps mesurer la puissance des signaux pour limiter leur pénétration sur le territoire étranger. L’enjeu, c’est de permettre aux consommateurs togolais et béninois de bénéficier d’une qualité de services de leurs opérateurs nationaux. Ceci, en évitant les interférences.

Modéna Awandi, Directeur en charge des fréquences radios à l’ARCEP-Togo a rappelé certains des canaux sur lesquels cette régulation devrait se porter. Entre autres mesures de contrôle, la diminution des signaux, celle de la hauteur des antennes ou de leur propagation. Du côté du Bénin, Yétondji Houeyetongnon, Directeur des autorisations et radio communication s’est réjoui du fait que les deux régulateurs « disposent à ce jour des moyens techniques pour ce contrôle ».

Cette concertation vise à donner un confort de communication aux populations frontalières, en évitant les roaming accidentels. Des recommandations ont été formulées pour une régulation concertée entre l’ARCEP-Togo et l’ARCEP-Bénin.

Les deux pays ont signé en mars 2021 un accord sur le règlement des radios et communications. Cet accord a été revisité durant les travaux de Lomé afin de le rendre plus efficace.

Souleyman Tobias

Journaliste multimédia. L’Opendata, la transformation digitale et la cybersécurité retiennent particulièrement mon attention. Je suis correspondant de Cio mag au Togo.

View All Posts