CONGO-JNTIC 2017 : l’évolution des TIC entre 2009-2016 au centre des débats

0
1084

(CIO MAG) – Les promoteurs et chefs d’entreprises évoluant dans le secteur des NTIC  se sont retrouvés à Brazzaville du 20 au 21 Novembre dans le cadre de la 3éme édition des journées des nouvelles technologies de l’information et de la Communication (JNTIC 2017).

Durant deux jours, les acteurs du secteur des TIC ont échangé sur les problématiques liés à l’économie numérique ; l’objectif de  ces assises était  de vulgariser davantage l’économie numérique  et faire de ce dernier un levier de l’économie nationale.

Le premier panel  composé de chefs d’entreprise, à l’instar de Vérone MANKOU, créateur du groupe VMK spécialisé dans l’assemblage et la fabrication des téléphones cellulaires, a affirmé que les JNTIC offre aux professionnels des opportunités d’affaires et aux porteurs de projets une vitrine pour présenter leurs projets aux participants venus des sociétés de téléphonie mobile, et des décideurs politiques.

La cérémonie d’ouverture est  intervenue bien après en raison du calendrier chargé des acteurs politiques, notamment le premier ministre chef du gouvernement de la République du Congo, Clément MOUABA, entouré du ministre la République Démocratique du Congo de la Communication et des medias, Lambert MENDE OMALANGA, et du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement de la République du Congo, Thierry MOUNGALA.

Les deux ministres ont constitué le deuxième panel placé sous le thème « Tout sur les réalisations dans le secteur des télécommunications & nouvelles technologies durant le septennat 2009-2016, défis & perspectives du   quinquennat 2016-2021 ».

La RDC a mis en place une règlementation qui interdit l’importation des équipements de récepteurs non numérique, et elle mène une réflexion sur le type d’abonnement à offrir aux ménages qui sera étaler sur une période de 20 ans, pour aider les ménages à acquérir des décodeurs  TNT à un cout raisonnable entre 1 et 2 $  le mois.

Les deux Congo doivent travailler ensemble pour un bon partage des fréquences qui, semble t-il, pour des raisons de proximité spéciale rend la gestion des fréquences complexe.
Il est à noter que le passage de l’analogie au numérique doit se faire en douceur, ainsi, le basculement vers le numérique crée des espaces de fréquences nouvelles, tout simplement parce qu’une seule fréquence analogique peut porter plusieurs chaines de télévision, a indiqué le ministre de la RDC.

Valoriser la transition de l’analogie au numérique  dans son usage. Les deux Congo sont préoccupés par cette situation et envisagent travailler en synergie, en vue de trouver des solutions pour une bonne mise en œuvre de la Télévision Numérique Terrestre, TNT.

Le ministre de la communication porte-parole du gouvernement de la République du Congo  a, quant à lui, tenu compte de l’importance de déployer la TNT dans les 5 villes du pays : Brazzaville, Pointe Noire, Ouesso, Dolisi  et Oyo d’ici janvier 2018, grâce au partenaire Startime.
Ces assises ont été organisées par la société BPO que dirige Blaise Pascal Okotaka Ebalé. Les Journées des nouvelles technologies de l’information et de la communication ont connu l’implication du gouvernement de la République ainsi que les partenaires publics et privés.

Pross Ferdy
Brazzaville – Congo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here