Côte d’Ivoire : dématérialisation en cours du processus de passation des marchés publics

0
1610

(CIO Mag) – Le processus de passation des marchés publics est en cours de dématérialisation en Côte d’Ivoire. Une lumière au bout du tunnel pour les opérateurs économiques intervenant dans la commande publique. Et pour cause ? Plusieurs avantages sont attendus de ce projet. Tels que la réduction des coûts et le renforcement de la transparence des procédures. Pour la Direction des marchés publics (DMP) et les autorités contractantes, la dématérialisation permettra, en outre, la résolution du problème d’archivage des documents physiques, une célérité dans les échanges de données, la traçabilité des opérations, une meilleure absorption des crédits budgétaires et une amélioration du climat des affaires.

Lire aussi Côte d’Ivoire : dématérialisation du paiement des impôts par les entreprises, dès le 1er janvier 2017

Aussi, le Conseil des ministres tenu mercredi 28 juin au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la houlette du Président Ouattara, a instruit le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, le Ministère de la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste et le Ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration à l’effet de prendre toutes les mesures visant à accélérer la dématérialisation du processus de passation de marchés publics. Celle-ci apparaît comme l’une des réformes majeures dans la transformation numérique de l’Administration publique ivoirienne.

Déroulement du projet de dématérialisation

Selon le communiqué, la mise en œuvre de ce projet a nécessité le développement d’une plateforme de dématérialisation en deux phases, confiées à des PME ivoiriennes. « La phase 1 met l’accent sur la dématérialisation des procédures impliquant les acteurs de l’administration », précise le communiqué.

Avant d’indiquer que l’exécution de cette phase du projet se décline en trois modules clefs : le module « E-marchés-publics », qui intègre la gestion électronique des requêtes adressées à la Direction des Marchés Publics ; le module « E-learning », dont l’avantage est de permettre à tous les acteurs de se former sans se déplacer ; et le module « Décisionnel », qui permettra de générer des tableaux de bord et de rédiger les rapports sur les opérations de passation de marchés publics.

A ce stade du projet, une phase a été lancée le 1er juin 2017 avec six (6) départements ministériels. Elle se poursuivra jusqu’au 31 décembre en intégrant progressivement plus de ministères jusqu’à englober l’ensemble de l’Administration publique. Ce qui permettra, à partir du 1er janvier 2018, de mettre en production le système de dématérialisation des procédures concernant les acteurs de l’administration publique.

Quant à la phase 2 qui va intégrer les opérateurs économiques impliqués dans la gestion des marchés publics, elle interviendra, selon le communiqué, en janvier 2019.

Programme national d’incubation de 100 start-up

Outre le projet de dématérialisation du processus de passation de marchés publics, le Conseil a adopté une communication relative au Programme national d’incubation de 100 start-up, dont des start-up du secteur des TIC. Dans la dynamique d’un accompagnement efficient des Tech entrepreneurs, ce Programme d’incubation apparaît comme une réponse aux attentes des jeunes en quête de formation et de financement. Le projet vise les porteurs de projets innovants à fort potentiel, âgés de 18 à 40 ans.

Anselme AKEKO – Abidjan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here