Côte d’Ivoire : Gemalto veut en faire un pôle de sécurité numérique

Eric Claudel (à droite) en compagnie du ministre Bruno Koné.

Eric Claudel (à droite) en compagnie du ministre Bruno Koné.

 

(Cio Mag) – Faire de la Côte d’Ivoire un pôle de sécurité numérique. C’est l’objectif visé par Gemalto. La multinationale de sécurité informatique a fait connaître ses intentions à la cérémonie d’ouverture officielle de Gemalto Côte d’Ivoire qui s’est déroulée, ce mardi 13 janvier, à l’hôtel Sofitel Ivoire d’Abidjan, en présence du ministre de la Poste et des TIC, Bruno Nabagné Koné, et de plusieurs responsables d’entreprises. Face à ses invités, le président de Gemalto Afrique et Moyen Orient, Eric Claudel, a présenté cette entreprise de sécurité informatique dont les solutions sont utilisées aussi bien par les opérateurs télécoms, les sociétés de transport, les banques (opération de transfert d’argent, paiement électronique, e-banking) et les gouvernements. Selon Eric Claudel, Gemalto mène une série d’activités qui consistent, entre autres, «à assurer la sécurité et la confiance entre les différents agents économiques ; aider les services publics à déployer le numérique ; et insuffler de l’intelligence aux appareils et ressources». Toutes choses ayant pour conséquences de renforcer la confiance dans les transactions. A en croire le président de Gemalto Afrique et Moyen Orient, les abonnés (aux services de télécommunications) sur le continent africain sont de plus en plus demandeurs de services mobiles, mais ils veulent le faire en toute sécurité. «C’est un élément important sur lequel nous nous penchons et pour lequel nous proposons des solutions», a affirmé Eric Claudel. Non sans préciser que la richesse du travail de Gemalto Côte d’Ivoire va être de “costumeriser” ses solutions, c’est-à-dire les adapter au contexte ivoirien. Avec un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros, Gemalto offre des solutions de sécurité numérique qui sont utilisées par plus de 3000 institutions financières. Elle emploie plus de 13 000 personnes dans le monde, et vient de conclure l’acquisition de la société américaine SafeNet.

 

Par Anselme Akéko