Données personnelles-Droits de l’Homme : même combat pour le CDFDH au Togo

Au Togo, le centre de documentation et de formation sur les Droits de l’Homme (CDFDH) tire la sonnette d’alarme. La protection des données personnelles des populations est aussi une question de Droit de l’Homme! Le centre a donc lancé une campagne sur le thème : ‘’Mes données, ma vie’’ pour ouvrir le débat, sensibiliser et éveiller les consciences. Une campagne inscrite dans le vaste projet ouest-africain ‘’Chaque donnée compte’’.

(Cio mag) – Dans un monde de plus en plus connecté, la protection des données des utilisateurs des services numériques interpelle les acteurs de défense des Droits de l’Homme. Au Togo, le centre de documentation et de formation sur les Droits de l’Homme (CDFDH) a lancé une campagne de plaidoyer mais aussi de sensibilisation sur le sujet. La cible : les populations mais aussi les gouvernants. Pour le CDFDH, les données personnelles sont parties intégrantes de la vie privée. « Or la vie privée est protégée par notre constitution. C’est intimement lié à l’Homme. C’est pour cela que nous pensons qu’il faut travailler pour que l’Homme soit protégé, en ce qui concerne aussi ses droits numériques », explique Godwin ETSE, Directeur Exécutif du CDFDH.

Eveiller les consciences

La campagne ‘’Mes données, ma vie’’ va permettre d’attirer l’attention des populations sur la nécessité pour elles-mêmes de se protéger, de prendre conscience des enjeux de la collecte, le stockage et le traitement de leurs informations personnelles par des tierces, privés ou institutions étatiques.

Un sondage a précédé le lancement de la campagne, explique Godwin ETSE, Directeur Exécutif du CDFDH. Cette enquête a permis de recueillir la perception des Togolais sur la notion de données à caractère personnel. Les personnes sondées ont été interrogées sur leur sentiment en termes de sécurité de leurs données, sur l’utilisation de ces données par des tierces, sur le cadre réglementaire du pays.

Au Togo, l’on a encore en mémoire l’affaire PEGASUS révélé par le journal ‘’Le Monde’’ et ‘’The Guardian’’ dans laquelle l’Etat togolais avait été accusé d’espionnage d’opposants et leaders religieux à leur insu avec le logiciel espion israélien.

« La campagne ‘’Mes données, ma vie’’ vise d’abord à amener chaque citoyen à prendre conscience des menaces de collecte, de stockage et d’utilisation de ses données », insiste Godwin ETSE. « Les gens pensent qu’ils sont dans l’anonymat sur Internet, ce qui est faux », martèle-t-il. Pour lui, « il faut une maturité, mais aussi du civisme pour responsabiliser, amener à ne pas partager tout et à ne pas donner des autorisations d’accès à toutes sortes d’applications ».

Le centre de documentation et de formation sur les Droits de l’Homme sensibilise alors pour la prise de conscience sur ces questions lors de l’usage des applications et services numériques.

Améliorer les pratiques

A travers sa campagne, le centre de documentation et de formation sur les Droits de l’Homme veut amener les autorités togolaises à améliorer les pratiques en termes de protection des données personnelles des citoyens. « Nous nous réjouissons que le pays est en voie de ratifier la convention de Malabo », a déclaré le Directeur Exécutif du CDFDH, Godwin ETSE.


Lire aussiCybersécurité : le Togo va ratifier la convention de Malabo


De même, le CDFDH appelle à l’effectivité de l’instance de protection des données à caractère personnel. En décembre 2020, le gouvernement avait adopté le décret portant organisation et fonctionnement de cette instance. La ministre en charge de l’Economie numérique et de la transformation digitale avait alors déclaré : « la mise en place de l’Instance de protection des données à caractère personnel (IPDCP) permettra au citoyen togolais d’utiliser sereinement les multiples services numériques auxquels il a accès, sans s’inquiéter d’une exploitation abusive de ses données personnelles. » « Elle crée un climat de confiance entre les citoyens et les fournisseurs de services numériques », avait la ministre Cina Lawson.

A travers un concours, le CDFDH incite les Togolais à participer à la réalisation de cet engagement. Jusqu’au 15 juillet 2020, les populations sont appelées à réaliser une vidéo de cinq (5) minutes dans laquelle elles devront identifier et sensibiliser sur un problème en lien avec la protection des données à caractère personnel. Ce concours de vidéo baptisé entre dans la campagne ‘’mes données, ma vie’’ et participera à attirer l’attention des populations sur les enjeux de la protection des données personnelles au Togo.

Le projet global est déployé dans huit pays ouest-africain sous le thème : ‘’Chaque donnée compte’’, sous le couvert de l’Association des utilisateurs des TIC, ASUTIC-DAKAR.12

 

Souleyman Tobias, Lomé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *