E-Santé : il est temps de procéder à une grande révolution en Afrique !

  • Par CIO MAG
  • 8 février 2023
  • 0
  • 715 Vues

« L’utilisation de la technologie dans le domaine de la santé en Afrique apparaît comme une priorité et un moyen efficace pour donner un coup d’accélérateur à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), en particulier l’atteinte de la couverture médicale universelle. »

Une Tribune de Dr Rajae Ghanimi*

Selon l’OMS et l’UNICEF, les soins de santé primaires (SSP) sont une approche de la santé à l’échelle de la société qui vise à assurer le niveau de santé et de bien-être le plus élevé possible et leur répartition équitable en se concentrant sur les besoins des personnes et de la communauté. L’Afrique contribue à près d’un quart de la charge de morbidité mondiale, cependant, ce qui pose des défis aux SSP, le niveau de financement des soins de santé sur le continent est à la traîne et seuls quelques pays sont en mesure d’atteindre l’objectif de la Déclaration d’Abuja d’allouer au moins 15 % du budget national au secteur de la santé. En outre, les ressources financières limitées au niveau gouvernemental réservées à la prestation de services de santé sont principalement orientées vers les soins hospitaliers. Cela signifie que les communautés isolées et marginalisées et les populations vulnérables auront toujours des difficultés à accéder à des soins de santé (primaires) abordables et de qualité.

Des défis épidémiologiques

Le système de santé africain est confronté à de nombreux défis épidémiologiques, classés au rang de problèmes de santé majeurs, notamment :

  • la mortalité materno-fœtale : le dernier rapport Atlas des statistiques sanitaires africaines, publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en décembre 2022, a précisé que presque 99 % des décès maternels surviennent dans les pays en développement, dont plus de la moitié en Afrique subsaharienne, où le taux est de 525 décès pour 100 000 naissances vivantes et de 27 décès néonatals pour 1 000 naissances vivantes 
  • la faiblesse de la couverture vaccinale chez les enfants, cette dernière a été fortement impactée par la Covid, selon l’OMS la couverture vaccinale des enfants a stagné voire reculé en Afrique de l’Ouest et du Centre entre 2019 et 2021, en partie à cause de la pandémie de Covid-19.
  • la persistance de pathologies endémiques comme le paludisme et la bilharziose, qui constituent les deux maladies parasitaires les plus meurtrières au niveau mondial.
  • la transition épidémiologique, et l’inflation des pathologies chroniques budgétivores.

E-santé… réel espoir ?

L’inclusion de solutions qui installent et améliorent la connectivité sanitaire dans les communautés éloignées, marginalisées et/ou économiquement démunies a le potentiel de transformer la prestation médicale et l’accès aux soins de santé primaires. La connectivité garantit l’interopérabilité des systèmes de santé et présente une valeur et des avantages potentiels dont l’Afrique doit tirer parti. La santé numérique et la télémédecine ont aussi le potentiel de corriger la pénurie médicale. Grâce au dossier médical électronique, les plateformes de télémédecine et les engins connectés, les prestataires de soins de santé peuvent accéder aux dossiers des patients, communiquer efficacement et partager des données et des résultats en temps réel avec le patient. Ce qui permettra aux personnes âgées et handicapées, qui ne peuvent pas se rendre à l’établissement de santé le plus proche, d’accéder à des soins pratiques et fiables directement depuis leur domicile.

Plusieurs initiatives d’E-Santé en Afrique…

L’Afrique connaît un bel essor de l’écosystème du téléphone mobile avec des projets d’envergure liés aux développements d’infrastructures de qualité qui sont adaptées aux évolutions technologiques, profitant ainsi au secteur de la santé numérique ;

  • Plusieurs plateformes de télémédecine ont vu le jour dans de nombreux pays ces dernières années (Tunisie, Maroc, Côte d’Ivoire, Sénégal…) pour pallier le manque de médecins généralistes et spécialistes et réduire ainsi les déserts médicaux.
  • Au Cameroun, une plateforme de suivi en ligne des parturientes, a été conçue pour aider les femmes enceintes et les jeunes mères vivant dans les zones reculées du pays, en leur transmettant toutes les informations nécessaires en pré et post natal.
  • Au Rwanda, des avions électriques télécommandés effectuent des livraisons médicales par parachute, tout en avertissant par SMS les destinataires qui ont commandé à l’avance par message. Ces drones livrent aussi des poches de sang à des hôpitaux isolés où les besoins sont importants pour les transfusions.
  • Au Burkina, les programmes de sensibilisation et d’information sur les questions de santé sont faits via des SMS et messages vocaux.

…Et les exemples foisonnent…

L’utilisation de la technologie dans le domaine de la santé en Afrique apparaît comme une priorité et un moyen efficace pour donner un coup d’accélérateur à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), en particulier l’atteinte de la couverture médicale universelle.

* Dr Rajae GHANIMI

Médecin spécialiste en médecine du travail
Présidente fondatrice de l’association Hippocrate DS
Ecrivaine et chercheuse, auteur de plusieurs articles sur la transformation digital en santé.