Egypte : Amnesty inquiet du projet de loi sur la cybercriminalité et les médias

1
1209
Le président égyptien Abdel Fattah Al Sissi, réélu fin mars 2018 pour un deuxième mandat.

(CIO MAG) – Quel avenir pour les libertés publiques en ligne au pays de Abdel Fattah Al Sissi ? Grosse interrogation qui agite la tête de l’ONG Amnesty International suite à la rédaction d’un projet de loi controversé sur la cybercriminalité.Si le texte soumis au président le 05 juin dernier passait, il permettrait aux services chargés des enquêtes et à la police de surveiller et de bloquer des sites Internet au nom de la nécessite de faire face à des infractions aussi diverses que l’atteinte à la sécurité publique et la publication de contenus susceptibles de remettre en cause la paix sociale dans le pays.

Tout est bon comme prétexte pour bâillonner les libertés

« Ces projets de loi renforceraient encore les vastes pouvoirs du gouvernement égyptien en matière de surveillance, de censure et de blocage des réseaux sociaux et des blogs, tout en criminalisant les contenus qui enfreignent des normes politiques, sociales ou religieuses définies en termes vagues », fustige l’organisation de défense des droits humains dans un communiqué diffusé sur son site Internet. « Au cours de l’année écoulée, les autorités égyptiennes ont bloqué des centaines de sites, sans aucun fondement juridique », rappelle encore Amnesty International visiblement très remonté.

500 plateformes au moins « déconnectées » par les autorités égyptiennes en un an

Ils sont 500 sites Internet à avoir été « déconnectés » par le régime il y a un an dont des plateformes indépendantes d’information et des pages d’organisation de défense des droits humains. Et c’est « sans aucun fondement légal » que les services de sécurité ont ordonné leur fermeture en soutenant qu’elles « publiaient de fausses informations » ou « portaient atteinte à la sécurité nationale » en partant d’un rapport dont le quotidien Al Masry Al Youm avait obtenu copie en mai 2017, écrit Amnesty International dans un article publié sur son site officiel.

Elimane

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here