JFD Africa 2020 : « L’avenir du numérique passe par les femmes »

1
2075
Afua Osei, entrepreneure cofondatrice de She Leads Africa, Yacine Barro, directrice régionale pour l'Afrique de l'Ouest chez Microsoft, et Marjorie Paillon, présentatrice France 24, sur le scène de la Journée de la femme digitale 2019 (JFD Africa 2019).

Pour « célébrer les femmes africaines qui changent le monde grâce au digital », la seconde édition de la Journée de la femme digitale (JFD Africa), se déroulera le 2 juillet 2020 autour de la question du rôle crucial du numérique face aux grands enjeux mondiaux. Cette édition digitale sera diffusée en simultanée sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et YouTube ainsi que le site de la JFD  www.joinjfd.fr.

(CIO Mag) – Le rapport des femmes à la science, les femmes et la technologie, les clés d’une croissance économique durable et équitable mais aussi l’écosystème technologique rwandais seront au menu des discussions.

Lesquelles se feront entre plusieurs directrices d’entreprises, organisations mondiales et entrepreneures. Il sera possible de suivre les échanges mais aussi le récital de Patricia Essong une artiste camerounaise via les réseaux sociaux et le site internet de l’organisation.

Les promoteurs sont convaincus que la femme apporte une pierre importante à la construction de la transformation de l’économie du continent et qu’il faut lui faire confiance pour dépasser la crise économique.

« Les femmes, avec leur capacité d’innovation et d’adaptation, ont cette aptitude à jouer le rôle de transformateur », affirme Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie et marraine de cette édition.

Louise Mushikiwabo regrette que des inégalités de genre subsistent, malgré les opportunités croissantes qu’offrent le secteur du numérique, empêchant les femmes de profiter pleinement de ses possibilités et de contribuer à son essor.

Avec un forum comme celui qu’elle parraine, l’occasion est idéale pour « rappeler haut et fort que l’avenir du numérique passe par les femmes », a déclaré Boutheina Guermazi, directrice du développement numérique à la Banque Mondiale

Cette dernière y voit aussi le moyen de combler « le fossé numérique qui prive plus de 300 millions de femmes d’accès à l’internet dans les pays à revenu faible ». Mais également d’élargir l’accès aux métiers du numérique en investissant dans la formation des jeunes filles.

Aurore Bonny

1 commentaire

  1. En ma qualité d’Eurafricain, Point Focal National Santé Environnement [bénévole ] au ministère de la santé aux Comores, Chef du Service de Communication de l’Université des Comores et Secrétaire Général de l’Organisation de Solidarité Internationale issue de Migration comorienne de France et d’Europe, membre du Forum des Organisations de Solidarité Internationale issue de Migration [FORIM ] a ce titre , nous souhaiterions auprès de vous, Madame Boutheina GUERMAZI , directice numérique à Banque Mondiale , une mission exploratoire de deux semaines pour échanger et partager des idées pertinentes assaillantes suite à la célébration de .
    Il se déroulera le 2 juillet 2020, dont vous parrainez.

    Ce forum sera la vitrine noble qui fera rayonner le [ rapport des femmes africaines à la science, à la technologie, les clés d’une croissante durable, équitable en Afrique et dans le monde.]

    Les femmes africaines ont toujours apporté une pierre angulaire importante à la construction de la transformation de l’économie sociale, solidaire, de la santé, de l’agriculture, de l’éducation , de la politique et de la culture.
    Nous saissons cette opportunité inégalée de solliciter auprès de votre sagesse, de nous intégrer dans votre agenda de formation des jeunes filles et nous donner les moyens après le COVID19 de combler le fossé numérique du développement durable de notre pays d’origine.

    Dont 97 ℅ des femmes n’ont pas accès à l’Internet surtout les catégories sociales les plus vulnérables autremedit le bas peuple.
    Mais également élargir à l’accès aux métiers numériques dans la formation professionnelle des jeunes femmes diplômées ou pas, y compris les filles du milieu rural de la maternelle à l’Université pour l’assurance qualité de l’enseignement supérieur en Afrique.

    Pour célébrer [cette révolution culture numérique] après le deconfinement, ce grand événement mondial sera l’opportunité aubenne pour les femmes africaines, les délégués, les partenaires internationaux présents dans ce forum de porter ensemble des solutions satisfaisantes, durables, acceptables, accessibles et adaptables à l’espace d’intervention socioculturelle africaine, en matière d’autonomisation des femmes africaines, femmes entrepreneurs, femmes politiques, et femmes d’affaires.

    Il est grand temps de fortifier le lien entre le sud et le nord, et sud sud qu’il faut les donner confiance pour dépasser cette crise sanitaire du COVID19 qui déshabille l’humanité.

    Nous vous prions agréer, Madame Boutheina GUERMAZI, Directrice numérique à la Banque Mondiale, l’expression de mes sentiments distingués.

    Fait , le 19 juin 2020.
    Charif Said Secrétaire Général de l’OSIM comorienne de France et d’Europe
    Charif.sac@gmail.com
    Mobile : 00 269 337 07 14 Comores
    Mobile : 00 337 66 83 18 95

Répondre à Charif Said SAID Annuler ma réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here