Kokou Sitsope Sékpona, un talent précoce révélé par la crise sanitaire

Au Togo, il est l’une des révélations de la mobilisation générale contre la pandémie de Coronavirus. A 19 ans, Kokou Sitsope Sékpona fait parler de lui avec son lave-main intelligent. Un dispositif qu’il a mis au point aux premières heures de la crise sanitaire. Révélation.

C’est un talent précoce, un génie dans l’âme. A seulement 19 ans, Kokou Sitsope Sékpona ne lâche rien, même si, un an après, l’engouement autour de son innovation n’est plus le même. Et pire encore, presque impuissant, il a vu de grandes sociétés s’emparer, depuis longtemps, de son lave-main intelligent… 

Au Togo, alors que les autorités togolaises mobilisaient toutes les énergies pour faire face à la crise du Coronavirus, le jeune Sékpona a participé au hackathon d’innovation initié avec la GIZ (Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit). Son idée a fait partie des 14 meilleures initiatives anti Covid-19. Etudiant en Licence professionnelle de Génie mécanique à École nationale supérieure des Ingénieurs (ENSI) à l’Université de Lomé, ce fils d’ingénieur électronicien a retenu l’attention avec un dispositif de lave-main automatisé. Son ambition a été d’éviter que les personnes aient un contact avec les dispositifs de lave-main, surtout dans les lieux publics.

« C’était risqué avec la propagation du virus. Il fallait un dispositif électronique », confie-t-il.

Ce qui, au départ, n’était qu’une simple idée, a été prototypé en une semaine au cours du hackathon. Avec son dispositif électronique, le lave-main détecte automatiquement les mouvements. La partie mécanique exécute les commandes du système électronique : jet d’eau, puis gel alcoolique ou savon. Le système fonctionne soit au solaire et/ou avec le courant du secteur. Et pour certaines commandes, un séchoir, lui aussi automatique, est intégré. Une bonne partie du dispositif provient d’objets récupérés, preuve que l’entrepreneur tient déjà compte de l’impact environnemental dans ses projets.

Innovations locales à base d’IA

« Il y a eu beaucoup de commandes. Mais, avec le relâchement et la progression de la vaccination, l’utilisation et la demande se réduisent de plus en plus », constate-t-il. Et pourtant, le Togo n’est pas forcément venu à bout de la pandémie. Le lave-main est par ailleurs un excellent moyen de prévention des autres maladies dites des mains sales. « C’est à nous d’encourager l’utilisation des mesures barrières comme les lave-mains », insiste Kokou Sitsope Sékpona.

Aujourd’hui, l’euphorie semble l’avoir abandonné. Kokou Sitsope Sekpona espérait un droit d’auteur sur ce dispositif. Un an après, il est loin de réaliser ce rêve. Et s’il reste serein, le jeune inventeur trouve cela dur. Un peu seul, mais lucide, il tire les enseignements de cette expérience.  Tout en préparant sa licence et avant même de penser au master, Kokou Sitsope Sékpona travaille sur plusieurs autres solutions. Dans son escarcelle, des solutions à base de l’IA au profit des personnes vulnérables comme les non-voyants, les malentendants, etc.

Loin de se décourager, faute de réels soutiens pour la promotion de son lave-main automatique, le jeune Sékpona sait ce qu’il lui reste à faire. « L’essentiel, pour moi, c’est de continuer à foisonner d’idées pour changer le quotidien des populations. Une fois que l’on aime ce qu’on fait, aucun obstacle ne devrait nous arrêter », confie-t-il. Pour lui, les réalités de l’entrepreneuriat sont très souvent plus difficiles que les discours. Mais, avertit-il, « l’essentiel pour faire évoluer un pays, ce sont les inventions, l’innovation ». Car soutient-il, être simple consommateur des inventions extérieures ne garantit pas le développement. « Quelques fois, ces inventions ne sont pas adaptées à nos besoins… Il faut alors promouvoir l’innovation locale », prêche le jeune talent. Pour l’heure, Kokou Sitsope Sékpona peut compter sur le soutien moral de sa famille et de ses collègues de l’ENSI.

Souleyman Tobias

Journaliste multimédia. L’Opendata, la transformation digitale et la cybersécurité retiennent particulièrement mon attention. Je suis correspondant de Cio mag au Togo.

View All Posts