Le Cameroun honore les lauréats des concours internationaux sur le numérique

  • 2 mars 2017
  • 0
  • 44 Vues

Les exhortations assez régulières du président Paul Biya en faveur de l’économie numérique laissent exploser le génie des jeunes camerounais dans ce secteur encore très serré. Les reconnaissances internationales glanées ça et là par les jeunes camerounais attestent que le pays de Paul Biya est un important vivier des génies dans les TIC.

(CIO Mag) – Une importante cérémonie de reconnaissance officielle de la Nation a été organisée le 20 février dernier en l’honneur de Habssatou Nadia Kalkaba, Nji Collins Glah et Angels tech of Africa, tous lauréats des concours internationaux sur le numérique. En effet, Habsatou Nadja Kalkaba est Techwomen en 2016 Seed Grat Award décerné par le département d’État américain. Son projet « Give Them Hope » qui vise à redonner le sourire aux enfants déplacés des affres de la secte terroriste Boko Haram à l’Extrême-Nord du Cameroun a été sélectionné comme meilleur au terme d’une compétition qui a vu la participation de 2300 candidats de 19 pays à travers le monde. Cinq autres jeunes filles âgées entre 13 et 16 ans, filles camerounaise sous le label de l’équipe Angels Tech of Africa, ont été aussi honoré aux Etats – unies. Notamment à la silicone Valley à l’occasion de la finale mondiale de Tec -novation challenge 2016 qui se sont déroulée à l’université de San Francisco. Elles ont reçu le Tec novation honorable mention grâce à l’application « Nature Gift », qu’elles ont créées. Une plateforme de mise en relation des agriculteurs, producteurs du secteur agricole, des vendeurs et des consommateurs des produits agricoles de première consommation issus de cultures africaines, camerounaises notamment. Cette application mobile sous système Androïde a pour vocation de couvrir le marché mondial. Collins Nji est le Google Hackinh 2016. Agé de 17 ans, ce brillant élève du lycée bilingue de Bamenda, est le premier noir et surtout le premier africain à être vainqueur du Google Hacking Contest organisé par Google pour les pré-universitaires âgés entre 13 et 17 ans. Dans les prochains mois, il ira recevoir son prix au siège de Google.

Il faut relever, selon le ministre des postes et télécommunications, madame Minette Libom Li Likeng, que, Habsatou Nadja Kalkaba, Collins Nji ou encore l’équipe Angels Tech of Africa sont le produit d’un Cameroun où le numérique rentre dans les politiques de développement, un Cameroun de Paul Biya qui a mis en place les conditions de base pour le développement de l’internet et où l’informatique est enseignée dés l’école primaire. Au cours de la même cérémonie, on a aussi fait allusion en rendant un vibrant hommage à Théophile Abéga Moussa de Mgsoft, créateur de Mboa Store, la boutique africaine d’applications mobiles et concurrent africain de Play Store de Google Mgsft a développé d’autres applications mobiles camerounaises, dont Fan Can du ministère des postes et des télécommunications, Camagro de Camtel ou encore Lamoudam de l’Unicef. A Olivier Madiba, président fondateur de Kiro’o gammes et par ailleurs créateur de aurions, le premier jeu vidéo africain bientôt adapté en cinéma.

Tous ces camerounais ont des noms qui sonnent aujourd’hui comme des signatures dans le monde du numérique. A l’exemple de l’inventeur du Cardiopad Arthur Zang, qui est en train de révolutionner les pratiques médicales au Cameroun, avec son Cardiopad, lequel permet d’enregistrer l’activité électrique du cœur depuis des zones reculées et transférer le signal à distance pour qu’il soit interprété par un cardiologue. Le gouvernement camerounais a passé une commande de 20 appareils et une autre suivra pour équiper les 190 hôpitaux de districts du triangle national. Toujours dans le secteur de la santé numérique, Alain Nteff, ingénieur informatique, a posé ses marques avec son application « Gifted Mom » qui lui a valu le premier prix du challenge startupper 2016 de Total. Son application vise à sensibiliser et consulter en urgence et à distance des femmes enceintes et jeunes mères. En 2014, il recevait déjà le prix du meilleur entrepreneur social de l’Afrique décerné par la fondation MasterCard et le prix Anzissha en 2015. Serge Olivier Poueme pour son projet de conception de solutions technologiques innovantes et civiques permettant d’effectuer une gouvernance électronique du cadastre et du registre foncier. Jules Guillain Kenfack, ingénieur en informatique, a lui aussi débarqué dans l’univers des applications en élaborant en 2016 « Djangui », application qui permet de gérer les tontines en ligne. Les personnes vivant à travers le monde peuvent désormais organiser une tontine. Tous les membres ont un accès virtuel à toutes les transactions de la tontine et cela apporte une transparence.

Les autres jeunes lauréates ont été présentés à madame le ministre des postes et télécommunications : Dorothée Danedjo, mentor des « AngelsTtech of Africa », elle a présenté le concours du tecnovation, un programme d’entreprenariat qui encadre les jeunes filles âgées de 10 à 18, dans la création d’application mobiles partout dans le monde.

Jean-Claude Noubissié, Cameroun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *