L’économie numérique, une niche d’emplois ? Les jeunes Camerounais s’expriment

(Crédit : UN)

(CIO Mag) – En rendant la fibre optique accessible au plus grand nombre d’acteurs économiques qui ont besoin de développer leurs services, l’assainissement et la bonne régulation de ce secteur clé rentre dans l’intérêt de l’économie nationale et du développement de l’emploi-jeune. Des instituts de formation, publics ou privés, il est attendu qu’ils jouent pleinement leur rôle, en identifiant les métiers nouveaux et en adaptant leurs programmes en conséquence. Des grandes entreprises et autres structures, publiques comme privées, il est attendu qu’elles donnent l’exemple, en procédant progressivement à leur propre mutation numérique. Les institutions financières (banques, microfinances, organismes de crédit …) sont pour ce qui les concerne appelés à mettre en place des programmes spécifiques en vue de soutenir les projets portés par les jeunes dans le cadre de cette nouvelle économie.

Selon Demanou Bienvenue, informaticien, il existe de nombreuses opportunités dans les TIC. L’économie numérique  permet de faciliter l’activité au quotidien. Les jeunes peuvent y trouver de nombreux  débouchés, notamment en créant le e-commerce, un commerce qui se fait en ligne avec des commerciaux. Cette opération réduit le coût, le temps et la distance. L’économie numérique réduit le coût des appels téléphoniques avec vibrer et WhatsApp et autres. Un autre informaticien et développeur d’application , Site Web et Réseau,  Start-Upper bien connu, Mebenga Désiré, estime quant à lui que les TIC ont modifié les modes d’organisation et de production des entreprises, les comportements de consommation et plus largement le fonctionnement des économies des pays développés. Il est nécessaire pour la jeunesse d’un pays visant l’émergence de mettre l’accent sur l’économie numérique. Marcelle Ngounou, informaticienne et diplômée de l’IAI, stratège dans le développement des réseaux et conseillère de certaines structures dans le digital, croit dur comme fer que le numérique reste et restera un atout indéniable pour les jeunes de toute Nation qui ont le souci de développer l’emploi-jeunes.  Selon dame Nngounou, de gros calibres, dit-on, dans les milieux huppés de Yaoundé, le siècle que nous vivons est non seulement un siècle de vitesse, il sera donc difficile de pouvoir émerger en continuant d’utiliser les méthodes anciennes. Aujourd’hui, poursuit-elle, l’information ou précisément l’économie numérique est une science qui nous permettra de rentabiliser nos activités dans tous les domaines de la vie nationale. Tout le monde converge vers les plates-formes de recherche d’emplois et les offres de services via internet.

Irrésistiblement, les TIC se positionnent au cœur des métiers dans les secteurs d’activités les plus variés. Les domaines d’application de l’économie numérique sont vastes, et nombreuses les opportunités d’emplois nouveaux pour les jeunes en butte au chômage. Le fort engouement autour des services de transfert d’argent et de paiement de factures en ligne proposés par les opérateurs de téléphonie mobile et certaines grandes structures, préfigurent les nombreuses opportunités qu’offre le monde numérique.

Son nom : Debora Mvaebeme, communicatrice et Event Manager. Promotrice du Salon International des Métiers et de l’Emploi (SIME), elle a décidé de se lancer dans la voie pointée du doigt par le président Paul Biya sur les métiers de l’économie numérique. C’est ce qui explique que Debora cette année encore s’est engagée à organiser pour la septième fois le SIME qui se tiendra du 12 au 14 juillet prochain à la salle de fête d’Akwa à Douala sur le thème « Économie Numérique, des métiers au cœur de l’emploi des jeunes ». Outre le Cameroun, des pays comme l’Allemagne, la Tunisie, la France, le Sénégal, le Nigeria, le Canada…et bien d’autres prendront part à cette édition. Gracieusement, Debora offre ses connaissances à tous ceux qui ont les soucis de voir la jeunesse camerounaise prendre en main ses responsabilités dans le développement de tout ce qui tourne autour du digital. Afin de permettre à la jeunesse africaine en général et camerounaise en particulier d’améliorer  leur compétence dans le domaine des TIC, elle invite chaque inventeur à prendre attache avec le  comité d’organisation. Prendront également part les entreprises, les associations digitales, les universitaires, les chercheurs d’emploi et autres.

Comme si c’était encore hier, pourtant le Forum international sur l’économie numérique tenu à Yaoundé en mai dernier, suite au message du président Paul Biya le 31 décembre 2015 à la Nation où il avait alors indiqué  le projet du Cameroun dans ce domaine : « Il nous faut rattraper au plus vite notre retard dans le développement de l’économie numérique. Celle-ci est un véritable accélérateur de croissance, en plus d’être une véritable niche d’emplois nouveaux pour notre jeunesse. Nous devons pouvoir en tirer avantage pleinement. » Cette cloche sonnée cette année-là a permis à certains jeunes de la capitale économique de s’organiser et mobiliser leurs énergies dans les TIC. Regroupés au sein de plusieurs associations, comme celle des jeunes blogueurs, des jeunes startupers, des jeunes pour l’enseignement sur l’utilisation des réseaux sociaux, ces groupes qui sont au cœur de la fabrication des drones et bien d’autres, ont compris que le développement fulgurant des TIC et leurs applications ouvrent de belles perspectives pour les emplois de demain. Et ont décidé d’afficher leur génie.

En effet, il a été prescrit au gouvernement d’accélérer la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions dans une  véritable croissance des jeunes dans le domaine des TIC. Tout en indiquant que l’économie numérique est une niche d’emplois nouveaux pour la jeunesse camerounaise, en quoi il appelle affectueusement ses jeunes « la génération « Androïde ». C’est pourquoi, pour gagner le pari d’une transition numérique réussie, un engagement collectif s’impose, la preuve Mme Debora Mvaebeme a décidé d’emboiter le pas des vœux du chef de l’État. Il est attendu que les autres structures suivent la voie tracée pour permettre aux jeunes de se bomber le torse qu’avec l’économie numérique ils peuvent révolutionner et développer les emplois nouveaux.

Jean-Claude NOUBISSIE, Cameroun

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here