L’emphase de Sage X3 V7 est mis sur la facilité d’usage Photo: Grégory DESMONT et Fabien POGGI (Dg Sage Maroc et Dg Export Sage)

A l’occasion de sa convention annuelle tenue les 15 et 17 mai 2014 à Lisbonne, l’éditeur Sage a présenté devant un parterre composé d’un millier de collaborateurs, journalistes, analystes et experts la dernière version de son progiciel : Sage ERP X3 Version 7. Un condensé de technologies alliant facilité d’usage, mobilité et rapidité de déploiement.

Par Mohamadou DIALLO

Il aura fallu trois bonnes années de travail et de recherches pour sortir sur le marché Sage ERP X3 Version 7. « Une version qui se veut « user centric » intégrant les évolutions technologique à venir tout en supportant les montées de version», explique Christophe LETELLIER, CEO de Sage ERP X3 et responsable de l’entité mid-market. Pour répondre au défi croissant de la mobilité, l’éditeur a intégralement revu l’interface graphique en mode web de son progiciel pour le rendre intuitif, ouvert et disponible sur tous types de navigateurs, de systèmes (Mozilla Firefox, IE, Safari, Opera, Android, Google Chrome etc…) et tous types de terminaux (tablettes, PC, mini ordinateurs, Smartphones etc..). Selon les Responsables de Sage, il n’existe pas encore de solution sur le marché qui ne soit pas soumise aux restrictions liées soit au système, soit au device ou soit au navigateur Internet. A ce jour, « Sage X3 V7 est le seul progiciel du marché qui permette de surmonter ces inhibitions », soutient Fabien POGGI, Directeur Export de Sage. L’utilisateur dispose désormais d’un fort degré de personnalisation. Avec les « landing pages », l’utilisateur peut se constituer des tableaux d’indicateurs sur mesure, intégrer des gadgets (des favoris par exemple) ou encore de glisser-déposer des documents bureautiques qui seront centralisés au sein de l’ERP. Pour Fabien POGGI : « cela règle le problème du backstage, bien connu des utilisateurs des progiciels de gestion ». Sage ERP X3 – version X7 fournit d’autres commodités en termes de personnalisations de profils, d’indicateurs clés, de menus etc…

Une verticalisation assurée par un réseau de partenaires

Pour les partenaires et revendeurs, l’éditeur met avant la rapidité de mis en œuvre et de déploiement de sa nouvelle version. Il s’agit d’un processus maitrisé qui facilite l’implémentation en temps record. Sage ERP X3 V7 a embarqué des ISV (solutions métiers verticales) avec des connecteurs dédiés pour proposer de la GED, des processus graphiques de manufacturing ou encore des modules métiers spécifiques au client comme la GMAO ou d’autres applications types Job Costing etc… Toutes ces extensions permettent d’élargir considérablement le périmètre fonctionnel du progiciel. Dores et déjà, Sage ERP X3 est disponible dans près de 100 pays et s’adresse à sa cible traditionnelle à savoir les PME et PMI avec un masse salariale comprise entre 100 et 1 200 salariés. Il s’agit généralement d’entreprises en croissance avec un champ d’activité large mais disposent de budgets limités en terme d’investissements informatiques. Pour Fabien POGGI, Directeur export de Sage, la version 7 de Sage X3 est une grande avancée technologique dont le socle repose sur la facilité d’usage. Une solution qui accompagne le client dans sa phase de croissance. Pour se faire, la nouvelle solution apporte de la performance de l’agilité et de la productivité à tous les niveaux de la structure de l’entreprise.
Le module GED pour booster les ventes en Afrique
En Afrique francophone, l’éditeur revendique un portefeuille de 400 clients et planifie un programme de lancement qui devrait démarrer avec le Maghreb. En effet, Sage prévoit le lancement officiel de la V7, du 16 au 19 juin par le Maroc puis la Tunisie. La Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Cameroun devrait suivre rapidement dans le courant du second semestre, à l’issu de la formation des partenaires locaux pour la montée progressive en compétences. « Il y a déjà des clients Béta-testeurs qui ont eu des retours très positifs de cette version. Il encourageant de rencontrer des clients en compétition pour avoir la primeur de la mise à jour du progiciel », se réjouit Grégory Desmont, Directeur Sage pour la région Maghreb. Avec les nouveaux modules comme la GED désormais embarqués dans la version 7, Sage répond aussi à une forte demande exprimée par un grand nombre d’entreprises privées, publiques et parapubliques qui sont entrées dans un processus de transformation et de culture numérique. « Dans ce cadre, la dématérialisation des procédures constitue un élément important de modernisation. Il y a une forte demande de la part des pays africains de solutions de ce type », explique Fabien POGGI. Avec des partenariats forts, Sage ERP X3 sécurise les connecteurs et donne des garanties quant à la qualité et la pérennité des services autour de ses solutions. « Cette approche permet de sécuriser la relation entre le client, le partenaire et nous qui assurons l’intégration de ces modules dans notre solution ».

Faible demande en mode SaaS

L’Afrique est un continent en plein développement et ce développement reste orienté sur le secteur industriel et cela pour les 20 prochaines années. « Le Roi du Maroc rentre d’une grande tournée africaine et la grande majorité des conventions signées concernent le développement du tissu industriel. Notre produit répond parfaitement aux besoins fonctionnels de ces jeunes industries du Mid Market avec des TCO relativement bas mais à fort potentiel de développement », témoigne Grégory Desmont. Malgré la très faible demande des solutions ERP en mode SaaS dans le monde, Sage entend garder son avantage concurrentiel dans le segment du Mid-Market avec sa base clientèle de 6 millions de PME. L’éditeur joue en effet sur la proximité, le mode indirect intégral avec des partenaires locaux appliquant des prix locaux. « On ne peut pas aller vers le Cloud intégral par effet de mode. C’est un long processus qui nécessite la résorption de plusieurs freins comme celui lié au problème d’infrastructure, l’absence de datacenters locaux mais aussi il y a une dimension d’ordre réglementaire et législation quant au stockage et l’hébergement des données », explique Grégory Desmont. Cela freine l’adhésion vers le cloud. Quoiqu’il arrive, Sage promet de garder un avantage concurrentiel, par rapport aux « Pure players », en proposant une solution hybride dans tous ses progiciels avec un catalogue de services disponible aussi bien en mode Licensing (traditionnel) qu’en mode abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *