Sénégal : des acteurs des médias formés à la cybersécurité

0
533

(CIO Mag) – L’Ong Article 19, en partenariat avec Ford Foundation et Clemson University, vient de clôturer une formation sur la sécurité au bénéfice des journalistes, blogueurs et acteurs des médias sociaux. Il s’agissait d’initier et outiller les hommes des médias aux pratiques et méthodes de la sécurité et protection numérique. L’objectif principal du projet « Afrique média cyber sécurité » est de permettre l’accès à Internet sans entrave aux professionnels des médias de l’espace Afrique de l’Ouest.

Le blogueur Cheikh Fall (photo ci-dessus), un des formateurs, promoteur de la Ligue africaine des web activistes pour la démocratie Africtivistes a beaucoup déploré, dans son intervention, « les contenus désobligeants sur les portails. Mais on a que les commentaires que l’on mérite sur les plateformes. Lorsque l’on se fait entourer par des gens sérieux, on produit des informations réfléchies », selon M.Fall.

Et de déclarer : « Nous pensons que tout le monde doit avoir accès à l’info : de la collecte à la production en passant par la diffusion sans aucune forme de censure ou de pression. Sur les lois de la cybercriminalité votées, mais non appliquées, cela relève de la responsabilité des gouvernants. Ces lois doivent encadrer notre liberté. »

Fatou Jagne Senghor est la directrice de l’Ong Article 19, bureau Afrique de l’Ouest. Elle voit que l’accès à l’informatique présente des opportunités. « Vous êtes au cœur de l’information et il est important de se soucier de l’économie numérique en passant par le networking », Afrique média cybersécurité ce programme de formation théorique et pratique en sécurité internet destiné aux journalistes professionnels et autres acteurs des médias (blogueurs, journalistes citoyens, cyber activistes) qui résident dans des pays de la sous-région ouest-africaine.

L’objectif d’Africtivistes est d’avoir en Afrique de l’Ouest près de 500 acteurs des médias formés et outillés pour faire face à la censure et à la cybercriminalité afin de pouvoir utiliser Internet sans entrave et avoir des outils pour contourner le contrôle et le sabotage. L’autre objectif, c’est de les faire entrer dans un réseau d’acteurs des médias, pour permettre à un niveau sous régional de s’appuyer les uns sur les autres pour que l’information continue de circuler librement.

Joe Marone

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here