Sénégal : la Sonatel exclut tout blocage des OTT

0
623
Abdou Karim Mbengue. Crédit photo : Réussir Business

(Cio Mag) – Le groupe Sonatel tente de rassurer ses abonnés suite à la sortie de l’Association des usagers des TIC (ASUTIC) et plusieurs acteurs de défense de la neutralité du Net fin août à Dakar pour fustiger une tentative de restriction des OTT dans le cadre du nouveau code des communications électroniques du Sénégal, en chantier. Abdou Karim Mbengue, le directeur de la communication institutionnelle et des relations extérieures de la société de téléphonie se veut clair : il n’y aura pas de blocage de quoi que ce soit. Toutefois, Monsieur Mbengue est d’avis qu’il faut une démarche gagnant-gagnant pour que tous les acteurs qui gravitent autour de ces outils concurrents de la téléphonie traditionnelle ne soient pas lésés, de l’abonné à l’opérateur en passant par l’Etat.

Pour une approche win-win

« Nous sommes pour une concertation et nous l’avons déjà largement fait au niveau des opérateurs ouest-africains. Nous avons adopté une position commune et clairement il nous faut une solution win-win qui permet aux opérateurs et aux Etats de ne pas avoir trop de manque à gagner puisque l’opérateur qui investit pour obtenir une licence et des milliards pour avoir des fréquences fait face à une concurrence rude à travers ces solutions de voix sur IP », explique le patron de la communication institutionnelle de l’opérateur historique qui exclut toute « solution de blocage », invité de la radio privée RFM, samedi.

Possibilité d’exode des abonnés vers les autres opérateurs après la polémique sur les pass

Les usagers d’Orange qui avaient menacé de quitter l’opérateur pour insatisfaction sur la politique de gestion des pass Internet se sont-ils finalement exécutés ? Abdou Karim Mbengue dont la société a « eu à expliquer longuement ce qui s’est passé et ce qui a abouti à l’arrêt » révèle simplement que Orange a « eu des annonces de clients qui ont clairement exprimé une insatisfaction à travers les réseaux sociaux en disant « je quitte Orange » tout comme des retours ont également été notés » Et pour conclure sur ce point, Monsieur Mbengue indique que « nous sommes sortis de cette situation », non sans se féliciter que « nous avons lancé des offres à travers une équipe de nos clients et de nos parties prenantes et les offres que nous avons mises sur le marché semblent donner une grande satisfaction ».

La commercialisation du téléphone fixe traditionnel

Sur la commercialisation du téléphone fixe traditionnel, Orange Sénégal ne suivra pas pour le moment l’exemple de la France qui annonce l’arrêt de la commercialisation à partir du 15 novembre prochain. « Sur la stratégie du téléphone fixe, nous avons prévu clairement de passer à la voix sur IP, mais la date n’est pas clairement décidée comme c’est le cas en France », précise Abdou Karim Mbengue qui souligne que « c’est un pas vers la modernisation du RTC et Sonatel dans sa politique d’offrir une meilleure expérience à ses clients sera au rendez-vous sur l’innovation du fixe et non sans suppression ».

A la place d’un arrêt de la commercialisation du fixe traditionnel, le directeur de la communication institutionnelle et des relations extérieures de la Sonatel préfère parler « d’une migration progressive vers un service voix de meilleure qualité avec notamment la voix sur IP ». Mais il se veut clair, « le fixe aujourd’hui ne rapporte presque plus rien notamment sur le segment Grand Public » dans un contexte où le « trafic est en baisse continue au profit du mobile ». Toutefois, il reconnait que ce type de téléphonie a « son public » dont il faut répondre aux attentes.

Elimane, Dakar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here