Thodex : l’Affaire turque qui ébranle un peu plus les cryptomonnaies

La plateforme turque de crypomonnaie, Thodex a cessé brusquement ses transactions mercredi. Paniqués, les utilisateurs ont porté plainte contre son PDG, Faruk Fatih Ozer. Ce dernier a quitté Istanbul la veille. Ce qui a conforté la thèse d’une fuite. Faruk Fatih Ozer lui, parle « d’une campagne de dénigrement ».

(Cio Mag) – Déjà très peu appréciées par les autorités turques, les cryptomonnaies pourraient souffrir de cette affaire qui défraie la chronique en Turquie. La plateforme fondée par Faruk Fatih Ozer a cessé ses opérations, sans préavis. Et, son PDG s’est envolé de la Turquie. La Presse internationale évoque alors « la première grosse affaire d’escroquerie » de cryptomonnaie.

Selon les médias, environ 2 milliards de dollars sont en jeu pour 400.000 utilisateurs. Depuis mercredi, ces derniers ne pouvaient ni déposer, ni retirer leur avoir. Une plainte est déposée par les quelques 391.000 utilisateurs actifs, relève cryptonews.com. Aussi, la justice turque a ouvert une enquête pour « escroquerie aggravée ».

Aucun utilisateur ne sera victime

Dans un message publié jeudi sur la plateforme, Faruk Fatih Ozer rejette les accusations portées contre Thodex et contre sa personne. Il évoque pour sa défense un déplacement à l’étranger pour des raisons d’affaires. Le PDG de Thodex justifie la cessation des opérations par une cyberattaque contre sa société. Selon lui, alors qu’une première attaque avait été réparée, le constat fait lors de son entretien avec d’éventuels repreneurs de la plateforme a révélé qu’une autre attaque est toujours en cours. Il existait aussi des transactions fictives et anormales, a annoncé le PDG recherché par la Police turque.

En annonçant un retour dans les prochains jours en Turquie, Faruk Fatih Ozer réfute les données publiées dans cette affaire. Selon lui, seulement « 30.000 des 700.000 utilisateurs de la plateforme seraient touchés ». Il rassure que leurs investissements restent disponibles sur leurs comptes. Faruk Fatih Ozer dit vouloir coopérer avec la justice turque et toutes les institutions impliquées afin de faire la lumière sur cette affaire. « Aucun utilisateur ne sera victime », lit-on dans sa réaction sur la plateforme.

Profitant de cette crise, la Turquie a annoncé jeudi une rapide réglementation du secteur.

Souleyman Tobias

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here