Tropics Business Summit : le prix de la meilleure innovation technologique africaine revient au Bénin

0
1023
Adé Fidégnon Agbowaï, promoteur et CEO de Ipaaro.

(CIO Mag) – La 3ème édition du Tropics Business Summit s’est tenue du 17 au 19 octobre en Afrique du Sud. Elle a permis l’organisation du concours de pitch pour les start-ups émergentes Tropics Changemakers Awards, au terme duquel l’entrepreneur béninois Adé Fidégnon Agbowaï a remporté deux trophées.

Le Tropics Business Summit se positionne comme le plus important sommet d’affaires sur l’investissement en Afrique, visant à combler l’écart de financement entre les marchés anglophone, francophone, lusophone et arabophone sur le continent. Cette 3ème édition a connu la participation de délégations venant d’une trentaine de pays africains mobilisés autour de conférences, expositions, ateliers, et séances de renforcement de capacités.

Nominé parmi des entrepreneurs venus des quatre coins du continent, Adé Fidégnon Agbowaï, promoteur et CEO de la plateforme de libres échanges Ipaaro a été distingué Best African Tech Entrepreneur 2019 et sa start-up reconnue comme Best African Tech Innovation 2019. Une double distinction depuis le lancement de Ipaaro en février 2018.

Reconnaissance

« Labor omnia vincit improbus [un travail acharné vient à bout de tout] », dira-t-il en reconnaissance à ces récompenses qui viennent couronner une année de travail sans répit. En effet, depuis février 2018, date à laquelle Ipaaro fut officiellement lancée dans un premier temps en tant qu’application exclusivement dédiée au troc de biens et services visant à apporter une solution à la crise monétaire du franc Cfa, la cause a évolué vers celle de l’éco-responsabilité notamment à travers le recyclage de biens en parfait état mais non utilisés afin d’éviter qu’ils se retrouvent sur les dépotoirs, polluant ainsi la nature.

Ensuite, Ipaaro s’est ouverte au semi-troc ou troc avec complément d’argent, en tant que solution alternative entre les systèmes monétarisé et non monétarisé. Avec finalement la possibilité de vendre et d’acheter par le biais de devises. Ce sont d’ailleurs ces trois modes d’échanges réunis qui en font une plateforme de libres échanges ouverte à toutes les attentes.

Pour mettre sur pieds le marché inclusif africain, l’entrepreneur social a lancé la foire virtuelle transafricaine. S’en ont suivi les foires pays afin de révéler individuellement le savoir-faire entrepreneurial des pays africains et intensifier les échanges intra-africains par des ouvertures de marchés, d’où l’organisation des foires virtuelles made in Togo, Côte d’Ivoire, Sénégal et South Africa pour le moment.

Michaël Tchokpodo, Bénin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here