Tunisie : vers le paiement mobile

Depuis le 16 avril 2018, un nouveau service mobile, accessible et très simple à utiliser, impliquant plusieurs intervenants, vient d’être inauguré. Ce service offrira le transfert et la réception de fonds via téléphone mobile. L’objectif, à terme, est d’étendre ce service aux transactions commerciales quotidiennes offrant ainsi l’interconnexion et l’interopérabilité multi-opérateurs du m-paiement.    

(CIO Mag) – Les 3 opérateurs télécoms, la poste Tunisienne, le ministère des Finances, la Banque centrale de Tunisie, la Société Monétique Tunisie ainsi que les banques ont collaboré dans le but d’accélérer l’inclusion financière des citoyens Tunisiens sous-bancarisés ou non-bancarisés à travers la réception et le transfert de fonds ainsi que le paiement via son téléphone mobile.

Plus concrètement, le téléphone mobile doit être relié à une carte bancaire ou postale. A défaut d’une carte de crédit, cette carte peut être une carte prépayée, permettant ainsi aux citoyens non encore bancarisés d’accéder à ces nouveaux services mobiles. En effet, la carte prépayée est un moyen de paiement qui dérive de la carte de débit. Sans compte bancaire et sans engagement, la carte bancaire prépayée est  chargée de fonds par avance. Elle peut, dans ce cas précis, être liée à une plateforme de m-paiement. Mais, elle peut être également utilisée pour payer ses achats dans les magasins et sur Internet ou pour retirer de l’argent en distributeur automatique à l’image d’une carte de crédit classique.

Ainsi, une fois abonné à une plate-forme de paiement mobile comme celle de la poste Tunisienne « MobiPost », il devient possible, aujourd’hui en Tunisie,  de procéder  à des transferts instantanés et sécurisés de fonds entre les différentes plates-formes offrant ce service. D’ici fin juin 2018, les services de paiement mobile seront étendus pour offrir aux usagers de payer au moyen de leurs téléphones mobiles une facture d’électricité, un ticket de train, une note de restaurant, etc.

La Tunisie accuse, dans ce domaine, un retard important par rapport à certains pays africains, et ce en dépit du nombre élevé des abonnés mobiles. En effet, le rapport de l’Instance Nationale des Télécommunications (INT), du trimestre 3 de l’année 2017, fait état de presque15 millions d’abonnements de téléphonie mobile pour une population de près de 11 millions de personnes. Il y a donc un potentiel certain pour le m-paiement en Tunisie.

Coté Afrique, en 2017  le volume global des transactions en monnaie mobile a atteint 19,9 milliards de dollars enregistrant une augmentation de 14,4%. Ils sont près de 30 millions à utiliser le M-Pesa, l’argent mobile d’origine Kényane, développé  par l’opérateur de téléphonie Safaricom, pour transférer de l’argent à travers le monde, payer ses biens et services ou bénéficier de prêts. Au Sénégal, la bourse familiale, touchant près de 300 000 ménages et représentant  plus de 90 millions d’euros est transférée par le téléphone. Récemment, la Banque mondiale a diffusé la base de données « Global Findex » (financée par la foundation Bill & Melinda Gates) représentant l’inclusion financière pour 2017. Ce rapport montre, entre autres, que le nombre d’utilisateurs africains du m-paiement a triplé. Autant dire que pour tous les pays Africains, le m-paiement devient un must !

Faouzi MOUSSA – Tunisie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *