Utilisation de licences illégales de Microsoft en Afrique : les mis en cause se régularisent

0
1194

(CIO Mag) – Souvenez-vous. Le 24 octobre dernier, nous avions annoncé que des administrations africaines comme le Congo Brazzaville, le Gabon ou encore la Guinée faisaient état d’une mise en demeure de Microsoft pour exploitation illégale de ses licences. Selon nos sources, le groupe américain avait menacé de désactiver les logiciels en question utilisés par des administrations dites « bankables » comme les douanes. Nous avons retrouvé à Dakar la responsable de Microsoft qui s’était chargée du dossier. Adama Seck, aujourd’hui, responsable des grands comptes de la société, explique qu’il ne s’agissait pas de sommations, mais plutôt des « mises en garde ». D’après elle, c’était plus pour aider les administrations concernées qu’autre chose. Madame Seck indique que les softwares utilisés ne sont pas forcément des originaux et cela peut bel et bien constituer « des failles sécuritaires ». « L’idée aujourd’hui, c’est vraiment de les informer, de les sensibiliser à cette utilisation parce qu’ils ont des données très sensibles » puisque « n’importe quelle personne qui veut leur faire du mal peut facilement injecter un malware parce que ces softwares ne sont pas protégés », poursuit-elle. La responsable Grands Comptes de Microsoft précise que seul le Congo était concerné et qu’actuellement, les autorités ont accepté de se régulariser en mettant à jour leurs systèmes d’exploitations.

Lire aussi Transformation digitale en Afrique : Microsoft tient à Dakar un atelier de travail les 9 et 10 mars prochains

Par ailleurs, Adama Seck se dit agréablement surprise par l’état d’avancement de la technologie au Sénégal. « Ils ont vraiment compris qu’aujourd’hui, c’est une nécessiter de s’adapter et d’adopter le numérique ». Elle dit constater qu’il y a « un plan numérique qui est mis en oeuvre » et que c’est « vraiment agréable en tant que Sénégalaise » de voir qu’on « essaie de montrer l’exemple ». Et quelle comparaison avec les autres pays. La patronne du département Grands Comptes de Microsoft dit qu’il y a beaucoup de différences entre le Sénégal et les autres Etats.  « Honnêtement, pour avoir été dans la sous-région et avoir travaillé principalement en Afrique centrale, oui parce qu’il y a aujourd’hui une agence pour l’informatique de l’Etat, il y a un bureau mis en place exclusivement pour suivre mesures pour faire du Sénégal un Sénégal émergent ». « On sent que vraiment il y a une politique d’aller de l’avant », conclut-elle.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here