Ville durable / Bénin : l’écomusée Tata Somba, fer de lance de l’écotourisme

L’écomusée Tata Somba est le premier musée écologique de l’Afrique de l’Ouest. Le projet a été porté par Ibrahim Tchan et Yves Biaou, à l’occasion de la première édition du Forum de l’Innovation Made in Africa (FORIMA), organisé par Sèmè City, au Bénin. Pour implémenter l’initiative, ils ont pu lever 150 000 dollars US auprès de la Banque mondiale, grâce au Challenge Fund.

« L’Ecomusée Tata Somba allie numérique, économie circulaire et solidaire, conservation du patrimoine, préservation de l’environnement, adaptation aux changements climatiques et animation culturelle », explique Ibrahim Tchan. Il mixte culture et développement pour financer des activités génératrices de revenus, au profit des détenteurs de biens culturels. Ceux-ci déposent leurs objets culturels en garantie pour obtenir un microcrédit.

Les Tata Somba assemblent éco-construction, logement écologique, formation en architecture de terre, écotourisme et conservation du patrimoine. Cette architecture traditionnelle du peuple Batammariba, au nord-Bénin, est classée patrimoine mondial de l’UNESCO.

La promotion des Tata Somba participe à la conservation de l’identité culturelle et à la réduction du bilan carbone dans la construction moderne. « Nos projets portent notamment sur le ciment et le béton écologiques, qui joueront un rôle de bio climatisation et renforceront le confort thermique et l’efficacité énergétique dans l’architecture moderne », ajoute les initiateurs du projet.

L’ouverture des écomusées étant retardée par la pandémie du Coronavirus, des circuits éco-touristiques sont proposés, ainsi que la visite du musée et la création de chaîne de valeurs autour sur l’économie sociale et solidaire. Une prévision de 32 millions FCFA est envisagée au terme de la première année d’activité.

Paru dans CIO Mag N°65 Juillet – Août 2020,  téléchargez le PDF complet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *