Au Bénin, une première startup studio ouvre ses portes

229Founders se veut la première startup studio béninoise spécialisée dans la Fintech et l’Agritech. Sa mission est de soutenir l’éclosion de nouvelles startups afin de rendre l’écosystème plus dynamique et prospère.

(Cio Mag) – « Nous ne sommes pas un incubateur, ni un accélérateur, encore moins un coworking space. Nous sommes des startups-builders… » Pour le digital entrepreneur Amos Avocè et ses partenaires, l’idée est d’accompagner les jeunes qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat numérique, à obtenir un financement d’amorçage et se développer. D’après eux, « les jeunes entrepreneurs numériques croient que le financement ne provient que des banques ou des levées de fonds. Alors que l’accroissement des ventes peut être une autre source de financement. » Contrairement aux incubateurs, accélérateurs et labs, 229Founders veut être en amont et en aval de la création et de la croissance des startups.

Sa démarche consiste à identifier un problème de société auquel elle met au point une solution efficace et viable. La startup studio émet ensuite un avis à manifestation d’intérêt pour recruter des cofondateurs intéressés par la thématique. Ceux-ci acquièrent une part du capital de la nouvelle startup qu’ils prennent en main. Il leur revient alors de finaliser le produit et de le mettre sur le marché sous la tutelle de 229Founders. Un suivi de 6 à 36 mois jusqu’à maturation du projet est requis. Ce modèle est inspiré de eFounders, la très connue startup studio à la française, dont les cofondateurs ne voulaient pas être des business angels.

« Nous ne sommes pas concurrents aux incubateurs, mais des partenaires, tient à préciser Amos Avocè. Ils couvent les startups mais nous les créons. Il faut un financement mixte pour les startups : des subventions, des prêts, des fonds propres et l’Equity. Le premier pilier du financement des entreprises doit être le fonds propre. Après cela, elles pourront s’orienter vers les autres formes de financements. » Chaque année, 229Founders prévoit lancer au moins 4 startups afin de révéler les capitaux et idées novatrices béninoises au monde.

Destin d’un érudit

Le parcours d’Amos Avocè dans l’entrepreneuriat n’était pas prévisible. D’ailleurs, il se destinait à une carrière dans un laboratoire de par sa formation d’épidémiologiste ou de gestionnaire d’entreprise grâce à son diplôme en management d’entreprise. Il ne s’éloignera pas du point commun entre ces métiers et l’entrepreneuriat : c’est-à-dire la détection de problèmes et la mise au point de solutions. « Devenir entrepreneur digital est la preuve que je suis plutôt un autodidacte », tranche-t-il.

En 2017, il pose ses premiers pas dans l’entrepreneuriat. Avec d’autres jeunes, il s’engage dans le digital, un domaine en pleine expansion et qui a encore de vastes chantiers à explorer, en co-créant Bénin FinTech (BFT). Selon son fondateur, « l’entreprise de services numériques fournit à ses clients des solutions technologiques adaptées aux réalités de l’Afrique afin d’améliorer l’accès des populations aux services financiers et contribuer au développement des communautés. »

Sa première solution, SmartPay permet aux systèmes financiers décentralisés de digitaliser leurs processus d’épargne, de tontine, de demande et de suivi de crédit. Cette innovation vient rompre avec les processus administratifs, la paperasse et les problèmes d’insécurité de fonds que comportent ces opérations financières. Malgré le succès de SmartPay, Amos Avocè se sent encore plus fier de la deuxième solution de BFT, SmartAgri.

« Nous avons développé des algorithmes pour faciliter tout le processus de demande et d’octroi du crédit agricole au niveau des IMF », dira-t-il. Cette solution permet de digitaliser les processus de demande de crédits agricoles, l’un des crédits les plus difficiles à obtenir à cause des risques de l’activité. Autodidacte, créateur d’entreprise, tech vendeur et constructeurs de startups, le parcours d’Amos Avocè a tout d’inspirant. Il le doit à l’influence de son père, l’entrepreneur Sénégalais Thione Niang et Samba Bathily, Président du groupe ADS (African Dévelopment Solution) qui l’ont mentoré.

Du projet de soutien communautaire Give1Project au titre de représentant pays du groupe ADS au Bénin, au Togo, et au Burkina-Faso en passant par l’ambitieux projet d’électrification africaine, Akon Lighting Africa, Amos Avocè poursuit son périple entrepreneurial. Avec 229Founders, il a de quoi rendre fiers ses mentors et devenir à son tour un exemple pour de nouvelles générations.

Michaël Tchokpodo

Michaël Tchokpodo est journaliste communiquant, grand observateur des mutations relatives aux technologies numériques et au développement durable. Correspondant au Bénin pour CIO Mag.

View All Posts

1 comments on “Au Bénin, une première startup studio ouvre ses portes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.