Algérie : lancement d’e-payement en juin prochain

Algérie e-paiement

 

Selon le communiqué de la direction générale du groupement d’intérêt économique de monétique (GIE-Monétique), plusieurs grandes sociétés de service pourront introduire le paiement par internet pour leur clientèle à partir de fin juin prochain.

 

(Cio Mag) – Le directeur général du Groupement d’intérêt économique de monétique (GIE-Monétique), Mouatassem Boudiaf a déclaré que « Le e-payement sera lancé, dans une première phase, pour la clientèle des sociétés de distribution d’eau, d’électricité et de gaz (Sonelgaz), de transport aérien, de téléphonie et Internet fixe et mobile, avant d’être élargi aux autres secteurs». Toujours selon le directeur général  de l’organisme de régulation monétique, qui s’est fixé « pour objectif d’accélérer, durant l’année 2015, le développement du paiement électronique en Algérie, le développement de la plate-forme interbancaire permettra, à l’avenir, de lancer également d’autres types de paiement notamment par le téléphone mobile ». «Face à la forte demande du secteur économique, le GIE-Monétique s’est proposé de lancer une alternative visant l’établissement d’un recueil documentaire interbancaire devant permettre la mise en œuvre du payement sur internet au profit d’un certain nombre de sociétés de service et de grands facturiers », indique le même responsable.

Pour le lancement de ce projet, un protocole d’accord a été signé, au début d’avril  dernier, portant délégation par le GIE-Monétique de la gestion de la plateforme interbancaire d’autorisation à la Société d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim). Le protocole d’accord entre les deux entités a été signé en présence du ministre des Finances, Mohamed Djellab, et le président de l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers (Abef), Boualem Djebbar. En outre, l’Assemblée générale ordinaire du GIE-Monétique, l’organe de régulation de la monétique, a adopté le recueil documentaire qui définit les règles interbancaires pour la mise en œuvre du paiement sur internet et les conditions de sa mise en œuvre.

 

20 millions de transactions par an

La Satim prendra, alors, en charge, par délégation, les autorisations interbancaires mais aussi la sécurisation de la plateforme, de ses infrastructures et des équipements techniques en assurant sa continuité et en augmentant sa capacité de transaction qui avoisine actuellement les 20 millions de transactions/an. Le développement de la plateforme interbancaire permettra, à l’avenir, de lancer également d’autres types de paiement notamment par le téléphone mobile. Quant aux clients des sociétés qui mettront en place le e-payement, ils pourront, dès fin juin, régler par internet leurs factures, acheter un billet d’avion ou recharger leurs crédits ou forfaits téléphoniques ou d’Internet, en utilisant leurs cartes interbancaires CIB. Une plateforme répondant aux normes internationales de sécurité. En fait, les sociétés à grande clientèle ont été ciblées en priorité afin de permettre la densification du nombre de porteurs de cartes CIB, un impératif pour la réussite du paiement électronique en Algérie. Mais si quelques sociétés concernées sont déjà prêtes pour le lancement de ce nouvel instrument de payement, d’autres doivent se doter des moyens techniques nécessaires pour pouvoir en profiter, relève M. Boudiaf. Selon lui, les transactions se feront à travers une plateforme interbancaire qui répond aux normes internationales notamment en matière de sécurité: «Les sociétés n’auront pas accès aux données des cartes CIB de leurs clients puisque la transaction se fera au niveau de la plateforme en toute sécurité». Ciblant, dans une première phase, les grands facturiers et certaines sociétés de services, celle solution sera élargie, après trois mois de sa mise en place, aux autres secteurs de services tels que l’hôtellerie et les autres modes de transport. Quant à l’ouverture du paiement sur Internet à la vente de biens matériels à travers la carte CIB, elle reste tributaire de la promulgation des textes d’application de la loi 15-04 relative à la signature et à la certification électroniques, publiée au journal officiel en février dernier.

 

Par Youcef MAALLEMI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *