Antifragilité et Intelligence Artificielle

Par Rajae Ghanimi, médecin spécialiste en médecine du travail, et Dr Hassan Charraf, chercheur de sagesse

Introduction : Le monde à la Croisés des chemins

Nous vivons dans un monde plein de mutations et de changements auxquels personne ne peut plus y échapper. Tous les acteurs s’accordent à dire que le nouveau désordre mondial est caractérisé par un seul maître mot : l’incertitude.

Dans ce monde où, la visibilité du futur s’obscurcit, l’avenir semble ne plus s’envisager dans la sérénité mais dans des tensions qu’il faut apprendre à contrôler pour ne pas être envahi. A un moment où les certitudes se font rares, les repères se déplacent tous azimuts et à grands pas, on nous apprend à vivre dans le flou, à accepter l’ambigu, à cohabiter avec l’imprévu, à consommer sans modération les fausses vérités et surtout de s’abstenir à poser les vraies questions.

On s’interroge sur tout , sur le rôle des instances de régulation internationales comme l’ONU , le G7 , l’OCDE , l’OMC … , sur le vrai pouvoir des médias , des groupes de pressions , des ONG , sur les réseaux mafieux , sur les grands flux migratoires dus à la pauvreté et à l’aggravation des inégalités entre le Nord et Le sud, sur le chômage , les injustices nationales et internationales , sur la balkanisation du monde , la renaissance des nationalismes , la marchandisation des mots , des choses , des corps , des esprits , de la nature , de la culture …même des domaines longtemps en marge du marché ( religion , mort , amour  ..) ….

Plus d’un millier de satellites tournent en permanence autour de la terre. Des engins devenus indispensables pour la télévision, les télécommunications, la météorologie, la surveillance militaire, la navigation …

On nous apprend que plus on communique, notre société sera harmonieuse et plus on sera heureux, et plus on ouvre nos marchés et on marchandalise tout, plus ce sera rentable pour nos économies et mieux la démocratie se portera et plus on sera heureux ».

Le monde semble être face à un dilemme tragique et insoluble. Devons-nous produire des gens malades pour avoir une économie bien portante, et ne pouvons-nous utiliser nos ressources matérielles, nos inventions, nos ordinateurs, au service de fins humaines ? Les individus doivent-ils être passifs et dépendants afin de permettre le bon fonctionnement de tous les systèmes mis en place ?

De nos jours, les problèmes s’amplifient et prennent des dimensions mondiales. Les solutions devront aussi être prises au niveau mondial. Elles seront, de plus en plus, le fruit d’un immense processus de justice, de paix, de respect des valeurs universelles.

Nous sommes face à des sujets à la fois simple et complexe. Ou nous nous sauvons tous dans un système de vie solidaire, participatif et respectueux de tous sur le navire Terre, et à cette fin des transformations fondamentales s‘imposent. Ou le navire coulera par l’indignation et le mécontentement généralisé et ainsi précipiter le monde dans le chaos. Ce risque est global. Un sauvetage global s’impose donc. Pour qu’il soit possible, il faut une nouvelle évolution de l’esprit et un nouvel espoir.

L’homme moderne n’est pas doté d’une panoplie d’instincts qui régleraient quasi automatiquement sa conduite. Il est confronté à prendre des choix qui risquent d’être dangereux pour sa vie s’il juge mal des questions importantes. Le doute qui le saisit quand il doit prendre une décision souvent rapide provoque une tension douloureuse et peut mettre en danger sa capacité rapidement.

L’Homme a en conséquence un très grand besoin de certitude. Il a besoin de croire sans hésitation que la méthode utilisée pour décider est correcte. Il préfère prendre une mauvaise décision dont il est sûr plutôt qu’une bonne décision dont il n’est pas sûr de sa validité.

L’Homme moderne décide alors d’inventer une intelligence artificielle qui prendra des décisions à sa place et fera en sorte de le dispenser de réfléchir.  Il tentera de lui ajouter une dimension émotionnelle pour vivre dans une vraie illusion.

Il est prêt à croire à l’illusion et au mensonge et refuse de voir la vérité en face. Celle qui lui rappelle qu’il ne maîtrise rien, qu’il n’est pas le maitre du monde, qu’il est juste un invité et qu’il ne peut vivre qu’avec une incertitude certaine et avec une certitude incertaine !!! Son besoin de certitude le mènera vers la prise au piège entre les mains de robots de leurs maitres.

Le tout digital… défis et impact

Le monde du tout digital, sera un monde méconnaissable par rapport à notre monde d’aujourd’hui ou d’il y a quelques années, les nouvelles technologies et l’intelligence artificielle le rendent beaucoup plus petit, beaucoup plus cloisonné et rythmé. Pour ceux qui parlent déjà de la vitesse du changement, ils n’ont encore rien vu, c’est juste le début….

Le rythme de pénétration des technologies répond bien à la loi exponentielle de GOLDON MOORE[1], selon laquelle la puissance des dispositifs informatiques double tous les 18 mois. Dans le monde du tout digital, on commence à sentir que notre vie sociale est gérée à travers les réseaux sociaux, nos amis deviennent multinationaux et virtuels, notre médecin traitant pourra être d’une autre nationalité et dans un autre pays, nos smartphones seront le tableau de bord de notre état de santé et l’interface avec nos médecins traitants. Les tablettes remplaceront les journaux, la télévision, le cinéma et la radio et les applications de conversation vidéo remplaceront les lignes téléphoniques. Les nouvelles technologies donneront naissance à de nouveaux modèles commerciaux, de nouveaux services publics, des organisations utilisant le numérique pour créer et monétiser de nouvelles formes de prestations et de services. Désormais, les organisations capables de fournir à leurs clients des produits et services sur mesure et à la demande seront les leaders de demain.

Le marché de l’emploi sera aussi chamboulé, Pour le cabinet MacKinsey, 800 millions d’emplois vont disparaître dans le monde d’ici 2030, ce changement n’est pas à sens unique. L’Institut du Futur, un think tank californien, estime que 85% des emplois de 2030 n’ont pas encore été créés. D’où l’importance de continuer à se former tout au long de sa vie et devenir « polyvalent » capable de changer de métier à tout moment. Et même notre vie personnelle ne sera pas protégée, nous risquons de devenir des êtres humains transparents et dépendants des disques durs externes.

Les géants du numérique et les gourous de la Silicon valley et de Zhongguancun sont guidés par une mentalité numérique, motivés par le plaisir de perturber l’immuabilité du monde. Selon Ray Kurzweil, transhumaniste convaincu chez Google, une IA authentique écrasera l’intelligence humaine.

S’agit-il d’une idéologie transhumaniste optimiste, d’une réalité future, d’une vue de l’esprit ou d’une escroquerie mentale ? Faut-il se préparer à ce que Dr Laurent Alexandre avait appelé « la mort de la mort », l’humain augmenté et la cyber mutation du monde ?

Le monde devra changer son état d’esprit et son mode de pensée « penser grand, démarrer petit, évoluer rapidement» pour découvrir l’art du réel, encourager l’expérimentation et penser et/ou repenser l’avenir de la société et de l’être humain, de l’enfant de demain. Penser l’avenir de la famille, la communauté, l’état et la nation. Penser le futur de l’humanité pour ne plus devenir victimes de l’IA comme les Neandertal, les Dénisiviens étaient victimes des sapiens il y 70 000 ans selon le best seller de Yuval Noah Harari !! Les humains devront se transformer pour demain afin de saisir les opportunités qui les attendent, devenir plus libres, plus responsables, plus engagés, plus solidaires …

Et si l’antifragilité pourrait être la solution…

On ne lie dira jamais assez, nous vivons une époque de changements extraordinaires, et le rythme de la transition vers le monde du tout digital augmente de mois en mois, doucement mais surement. Si nous voulons survivre à cette époque, si nous voulons prospérer à cette époque et construire quelque chose de mieux. Nous aurons besoin d’une nouvelle approche pour nous conduire dans le monde de l’Intelligence artificielle. La théorie de Nassim Nicholas Taleb « Antifragile: Things that gain from troubles » semble contenir la réponse à notre question..

Taleb décrit trois types d’individus/d’organisations/d’entreprises/de systèmes/d’idées : les fragiles, les robustes et les antifragiles.

·         Fragile            : ce qui craint les événements inattendus

·         Robuste           : ce qui est indifférent aux événements inattendus

·         Antifragile      : ce qui profite des événements inattendus

L’antifragilité s’oppose à la fragilité et se distingue de la robustesse. Est antifragile ce qui profite, jusqu’à un certain point, du désordre.

 

La fragilité est liée à la façon dont un système souffre de la variabilité de son environnement au-delà d’un certain seuil prédéfini, alors que l’anti-fragilité est à l’opposé de cela, à savoir quand les systèmes font de cette variabilité une opportunité[2]. En revanche, un anti-fragile est aussi sensible à la variabilité, au changement, mais de manière positive. Notre argument, en se référant aux travaux de Taleb, est, grosso modo, les choses antifragiles ne sont pas seulement résistantes, elles s’améliorent grâce aux chocs. Telle est la propriété de tout ce qui évolue avec le temps, comme le corps humain…

Dans un univers dystopique dominé par l’IA, les liens sociaux seront plus connectifs qu’affectifs. Le monde aura à se doter de systèmes anti-fragiles, permettant à l’être humain de capitaliser sur ses points forts et que  les qualités qu’un robot et une intelligence artificielle ne pourront jamais rivaliser (l’amour, l’empathie, les sentiments, le talent, la créativité….), de profiter de la force de la machine afin de mieux satisfaire notre curiosité et la volonté de conquête, d’accepter ce qui semble socialement indésirable, à savoir un avenir moins prévisible et un risque d’échec plus élevé.

Le livre de Yuval Noah Harari, brève histoire de l’humanité[3] , dévoile clairement comment l’évolution de l’humanité est incroyablement antifragile – nous avons évolué à partir de nos ancêtres sur la base des caractéristiques et des traits génétiques qui nous ont le plus aidés à survivre et à réussir face aux alias de la vie, de la nature et de nous-même Sapiens. Cependant, cela signifiait également que de nombreux humains avant nous devaient se servir de l’antifragilité afin d’assurer la continuité de l’espèce humaine.

C’est pour ça que la théorie de la robustesse, de  « l’humain augmenté » promue par Elon Musk risque d’être contreproductive pour  l’humanité naturellement « antifragile ».  Transformer le corps humain en un matériel reconfigurable, un programme virtuel, un système d’information, un organisme cybernétique, une machine hybride connectée à internet, sera plutôt un monde machine, et marquera l’extinction de l’humanité…. et in fine une déviation globale par rapport au premier objectif de cette transformation technologique ….à savoir la préservation de l’Homme, son développement, son épanouissement  ?!

Dr GHANIMI rajae

Médecin spécialiste en médecine du travail

Présidente fondatrice de l’Association Hippocrate

Ecrivaine, chercheur en IA

Dr Hassan CHARAF

Chercheur de sagesse

 

[2] Ce n’est pas la même chose que la robustesse. Un objet ou un système robuste n’est relativement pas affecté par une variabilité extrême de son environnement. Est antifragile ce qui profite, jusqu’à un certain point, du désordre. Est robuste ce qui est indifférent au désordre — il n’en tire ni gain, ni perte.

[3] Yuval Noah Harari Yuval Noah Harari : Sapiens : Une brève histoire de l’humanité ; Albin Michel, 2015

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here