Ballon connecté : faute de « viabilité commerciale » Google met fin à « Loon »

Alphabet, la filiale parente de Google a annoncé la fin de Loon, un réseau de ballons stratosphériques conçu pour apporter la connectivité internet aux communautés rurales et isolées du monde entier.

(CIO Mag) – « Apres neuf ans à surfer sur les vents stratosphériques, le voyage de Loon touche à sa fin », a déclaré Astro Teller, le directeur du laboratoire Google X, dans un blog le 22 janvier 2021. D’après lui, « la voie de la viabilité commerciale s’est avérée beaucoup plus longue et plus risquée que prévu » dans cette « aventure risquée ».

« Nous parlons beaucoup de connecter le prochain milliard d’utilisateurs, mais la réalité est que Loon a poursuivi le problème le plus difficile de tous en matière de connectivité – le dernier milliard d’utilisateurs », a également écrit Alastair Westgarth, directeur général de Loon, dans un article.

Il a rapporté que la prestation de services avec des technologies trop difficiles ou éloignées à atteindre est « tout simplement très coûteuse pour les gens ordinaires ».

« Bien que nous ayons trouvé un certain nombre de partenaires consentants en cours de route, nous n’avons pas trouvé de moyen de réduire suffisamment les coûts pour créer une entreprise durable à long terme. Développer une nouvelle technologie radicale est intrinsèquement risqué, mais cela ne facilite pas la diffusion de cette nouvelle », a ajouté Westgarth.

D’après Teller, la fin des opérations se fera dans les mois à venir tandis que « la plupart des membres de l’équipe de Loon passeront à autre chose ». Ils auront des possibilités d’intégrer des postes alternatifs chez X, Google et Alphabet pendant qu’un petit groupe de l’équipe restera pour s’assurer que les opérations se déroulent sans heurts et en toute sécurité – cela comprend la fin du service pilote de Loon au Kenya.

Lire » Kenya : des ballons fournisseurs d’internet contre le Covid-19

Pendant ce temps, Teller a également fait savoir que des options pour faire avancer une partie de la technologie de ce projet sont explorées. Cela, afin d’accélérer les entreprises futures pouvant combler des espaces vides sur la carte mondiale de la connectivité.

Les initiateurs du projet ont aussi promis un fonds de 10 millions de dollars pour soutenir les organisations à but non lucratif et les entreprises axées sur la connectivité, l’internet, l’entrepreneuriat et l’éducation au Kenya.

Des prouesses accomplies 

Quelques dates ont marqué le développement de ce projet. Les premiers tests commencent en 2011, en utilisant un ballon météo et des pièces radio de base disponibles dans le commerce pour créer le premier prototype.

En 2013, l’un des ballons effectue un tour du monde en 22 jours portant ainsi à 500 000 kilomètres le total de distance parcourue par les ballons de Loon. A cette date, on constate  également « des améliorations majeures des modèles de prévision du vent, de la trajectoire des ballons, des prévisions et de la navigation ». Au cours de la même année la toute première connexion Wifi est réalisée. C’est en Nouvelle-Zélande où un « un éleveur de moutons » parvient à se connecter à Internet alimenté par ballon via une antenne fixée sur le toit de sa maison.

En 2014, la première connexion LTE réussie par le projet est réalisée au Brésil. Tandis que trois millions de kilomètres sont enregistrés à travers la stratosphère.

En 2016, l’un des ballons parvient à rester en l’air dans l’espace aérien péruvien, en Amérique Latine, pendant un total de 98 jours.

L’année d’après, un exploit est accompli au Pérou lorsque le projet fournit une connectivité de base à des dizaines de milliers de personnes dans les zones touchées par les inondations à travers le pays. Toujours en 2017, 200 000 personnes après l’ouragan Maria ont également bénéficié de cette connexion de base à Porto Rico, avec des ballons lancés au Nevada en utilisant des algorithmes d’apprentissage automatique pour les diriger vers Porto Rico.

En 2019, les ballons interviennent une fois de plus au Pérou, en fournissant une connectivité LTE aux utilisateurs 48 heures suivant un tremblement de terre. C’est également en cette année que le projet réalise plus d’un million d’heures de vol dans la stratosphère en parcourant 40 millions de kilomètres.

Aurore Bonny

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here