Baobab+ Côte d’Ivoire : le smartphone comme porte d’entrée à l’inclusion financière

En Côte d’Ivoire, Baobab+ veut utiliser le smartphone comme porte d’entrée à l’inclusion financière, grâce à un partenariat avec Samsung.

(Cio Mag) – Baobab+, société sœur de l’institution de microfinance Baobab (ex-Microcred), a lancé vendredi 12 mars à Abidjan une offre Pay-as-you-go (PAYG) qui permettra d’acquérir des smartphones, notamment ceux de la marque Samsung grâce à un paiement flexible, ce qui rendra le digital accessible partout en Côte d’Ivoire.

« A l’heure actuelle, se payer un smartphone n’est pas donné à tout le monde. C’est quand même un coût assez élevé », explique à Cio Mag Pauline Salançon, CEO Baobab+ Côte d’Ivoire. « Là, on va permettre d’échelonner le paiement sur trois ou six mois. Ainsi, une personne qui ne pouvait se permettre d’acheter un téléphone va pouvoir désormais en bénéficier ».

PAYG, première expérience financière

Par-dessus-tout, cette offre PAYG permettra à Baobab+ de donner la possibilité à des clients qui étaient auparavant non finançables, y compris auprès d’institutions de microfinance, de devenir éligibles à des produits et services financiers. Cela, grâce à une analyse de scoring, le PAYG servant de première expérience financière.

« Une fois que le client est enregistré sur notre plateforme, on a les historiques de paiements. On va savoir exactement à quelle fréquence il paie, quel montant il paie, y a-t-il des périodes de l’année où il rembourse plus vite qu’à d’autres périodes, poursuit Pauline Salançon. Là, on parle du digital mais sur l’énergie solaire par exemple, en période de traite cacaoyère, il va rembourser beaucoup plus vite qu’en périodes creuses. »

Puis d’ajouter qu’avec cette base de données, Baobab+, avec l’accord du client, « peut aller voir l’institution de microfinance Baobab, et dire que monsieur ou madame untel qui n’avait jamais fait de prêt bancaire, qui n’avait pas l’habitude du remboursement, a pris un smartphone et on a la preuve qu’il a payé chaque semaine ».

Pour la CEO de Baobab+ Côte d’Ivoire, cet argumentaire peut permettre à un client non finançable d’obtenir plus facilement un prêt auprès d’une institution de microfinance telle que Baobab.

Digital et énergie

Pour la mise en place de ses activités, notamment le volet accès à l’énergie et le développement de son offre Pay-as-you-go, Baobab+ a bénéficié d’un soutien financier de la Commission de l’Océan indien – Union européenne, Scaling Off-Grid Energy de Power Africa – USAID, et le Fund for rural prosperity – Mastercard foundation. Baobab+ a également été accompagné par le Consultative Group to Assist the Poor (CGAP) sur l’énergie, et sélectionné par l’UN Capital Development Fund (UNCDF) pour un pilote sur l’accès au digital pour les entrepreneurs suite à la crise du Covid.

Présent dans sept pays africains, Baobab+ a équipé 80 000 foyers en produits digitaux pour 300 000 bénéficiaires.

Anselme AKEKO, Abidjan

Anselme Akeko

Anselme Akeko

Journaliste spécialisé en économie numérique, télécoms-mobilité, mobile money, cybercriminalité, financement start-up, inclusion numérique et financière et transition digitale. Passionné de web journalisme, il est correspondant de Cio Mag en Côte d'Ivoire.

View All Posts

1 comments on “Baobab+ Côte d’Ivoire : le smartphone comme porte d’entrée à l’inclusion financière

  1. Je voudrais faire un stage dans votre entreprise, j’ai été admissible au BTS finance comptabilité et gestion d’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.