« Beaucoup d’enseignants sont réfractaires au numérique, souvent par ignorance »

0
539
Leye Maimouna Diakhaté, présidente de l’Association Synergie pour l’Éducation au Numérique et aux Médias (ASENM)

CIO Mag : Pourriez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?

Leye Maimouna Diakhaté : Enseignante en langue française au lycée depuis 1999. J’ai eu à encadrer des élèves dans des clubs. Mais c’est en 2016 que j’ai créé le club Jiggen ci TIC, suivant les conseils de Mme Bitilokho Ndiaye, conseillère en genre du ministère de l’économie. Les formations offertes aux clubs et les visites en entreprise m’ont fait découvrir le monde du numérique. Cela m’a poussé à créer, avec d’autres acteurs du système éducatif, l’Association Synergie pour l’Éducation au Numérique et aux Médias pour contribuer, de façon concrète, à l’intégration du numérique dans le processus des enseignements apprentissages, dans toutes les pratiques professionnelles des acteurs du système éducatif.

C’est quoi l’éducation numérique et quels sont ses défis de l’école à l’heure du numérique ?

L’éducation au numérique, pour moi, c’est d’abord le fait de conscientiser sur les opportunités offertes par le numérique mais également des dangers, pour que le numérique devienne réellement un outil au service du développement. Dans le système éducatif, le numérique peut permettre d’innover dans les pratiques professionnelles de tous les acteurs du système (enseignants, apprenants, administrateurs des écoles).

Le numérique peut contribuer à la réconciliation entre les élèves et l’école. En effet, le constat général est qu’il y a une sorte de désamour entre ces deux entités, dû, notamment à un manque de motivation. Les jeunes sont parfois plus connectés que leurs maîtres, le savoir n’est plus le monopole de ces derniers. Les relations entre les enseignants et les élèves, forcément, changent. Ils doivent construire ensemble le savoir.

Le numérique n’est pas très présent dans nos écoles où, parfois, les salles informatiques sont désertes

Quelle est la place de numérique dans les écoles africaines ?

Dans ce cas, je ne peux parler que du Sénégal. Le numérique n’est pas très présent dans nos écoles où, parfois, les salles informatiques sont désertes, peu fréquentées par les élèves et aussi par les enseignants. Cependant, au niveau de l’administration, beaucoup d’efforts sont faits. Et il faut reconnaître que beaucoup d’enseignants sont « réfractaires » au numérique, souvent par ignorance.

Est ce que avec l’avancement de la technologie, le numérique peut-il remplacé l’enseignant ?

Le numérique ne pourra, à mon avis, jamais remplacer l’enseignant, cette interaction pleine de chaleur humaine, la machine ne peut, à mon avis, ma procurer. Mais les enseignants doivent suivre le mouvement inéluctable du monde Oui le numérique peut, a déjà commencé à révolutionner l’école.

Comment peuvent se mettre en place les usages numériques ou la classe inversée au collège ou au lycée?

D’abord en formant les enseignants, en dotant les écoles du matériel nécessaire, en acceptant les smartphones, sous certaines conditions, dans m espace scolaire, comme un outil.

Entretien réalisé par Youcf MAALLEMI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here