Bénin : la pédagogie active enseignée aux formateurs de l’EMN

Une vingtaine de formateurs nouvellement recrutés à l’Ecole des métiers du numérique (EMN) ont reçu des cours sur la pédagogie active. Une approche d’apprentissage qui fait de l’apprenant, un acteur du processus de formation.

(Cio Mag) – La formation a duré cinq jours, du lundi 02 au vendredi 06 octobre. Au dernier jour, la Ministre du numérique et la digitalisation, Aurelie Adam Soulé Zoumarou, est allée partager avec les formateurs, la vision du gouvernement en créant une école dédiée aux métiers du numérique. « Sentez-vous comme étant en mission pour former des cadres compétents qui vont servir dans les entreprises, exhorte la Ministre. La stratégie du gouvernement vise à créer des écoles de métier pour former des jeunes automatiquement consommables pour les entreprises. »

En effet, le processus de sélection de ces formateurs a permis de recueillir 213 dossiers après l’appel à candidatures. 70 personnes ont été reçues en entretien et seulement 20 ont été retenus. Ces derniers se sont démarqués par leur capacité à couvrir tous les domaines de la formation. « Sachez que ce n’est pas que de simples cursus. Une seconde phase de formation portera sur les modules liés à ces cursus. Pour le moment, vous êtes sur une approche transversale. Dans la suite, vous verrez comment ces cursus et modules s’adaptent au marché », poursuit la Ministre. La formation est de régler les problèmes liés à l’inadéquation entre la formation et l’emploi.

L’Ecole des métiers du numérique a déjà formé et mis sur le marché moins d’une vingtaine de diplômés. Ils ont été formés sur le cursus de technicien d’intervention télécom. Les prochaines rentrées permettront de former des étudiants en référent digital et en technicien de maintenance électronique.

Apprendre selon des situations de vie réelle

« Cette session consiste à accompagner les formateurs de l’EMN à animer des formations en adoptant la pédagogie active. L’approche méthodologique consiste à créer un dispositif, un cadre d’apprentissage où l’apprenant va très vite acquérir des compétences. Et quand je parle de compétences, c’est par rapport à un métier », précise Malik Tiemoko-Moussa, référent pédagogique à Simplon Bénin. Au-delà du savoir-faire, ces formateurs doivent acquérir le savoir-être indispensable pour dispenser les cours.

Spécialiste SEO, Serge Mahugnon est l’un des formateurs : « contrairement à la formation classique où l’enseignant vient dérouler le savoir, nuance-t-il, cette fois-ci, l’enseignant va se comporter comme un facilitateur afin d’aider l’apprenant à apprendre selon les situations réelles en entreprises. Tous les formateurs sélectionnés sont des professionnels qui pratiquent le métier au quotidien. L’idée, c’est qu’ils puissent s’inspirer des situations réelles qu’ils vivent en entreprises pour pouvoir faire ressortir des évaluations de mise en situation qui vont permettre aux apprenants de pouvoir apprendre selon ces situations. »

En plus d’être formé pour mieux former les apprenants de l’EMN, Serge Mahugnon, à l’instar de ses compères, trouve la formation utile pour sa propre gouverne.

Michaël Tchokpodo

Michaël Tchokpodo est journaliste communiquant, grand observateur des mutations relatives aux technologies numériques et au développement durable. Correspondant au Bénin pour CIO Mag.

View All Posts