Cameroun : suspension de la taxe sur les téléphones portables et tablettes

Après une vague d’indignations autour de la taxe de plus de 30% imposée aux utilisateurs pour les téléphones et tablettes à la sortie d’usine, le Chef d’Etat camerounais vient d’instruire la mise en œuvre d’un « mécanisme plus approprié » de recouvrement.

(cio Mag) – Normalement lancée le 15 octobre, la taxe en question imposée aux utilisateurs de tablettes et de téléphone portable n’a cessé de faire couler l’encre sur les réseaux sociaux. C’est à coups de hashtags #Endphonetax et #Endphonetax237 (fin de la taxe de téléphones), que les camerounais twittent du matin au soir depuis l’annonce faite bien avant la date prévue du lancement.

Un ras-le-bol parti dans tous les sens. En arbitre,  Paul Biya le président de la République camerounaise, par son ministre d’Etat Ferdinand Ngoh Ngoh, a mis la nouvelle mesure de taxation en suspens.

Autrement dit, le premier ministre, Chef, du gouvernement a été instruit  de « faire  surseoir à la mise en œuvre de la collecte par voie numérique des droits de douanes et taxes sur les téléphones et terminaux importés », indique la note du ministre d’Etat, publiée à cet effet.

Lire : Cameroun : vague d’indignations autour de la taxe sur les téléphones portables et tablettes

Mais aussi le chef du gouvernement devra soumettre un mécanisme « plus approprié de recouvrement desdits droits de douane et autres taxes ».

Est-ce à comprendre que le mécanisme tant décrié depuis son adoption n’est pas le plus approprié et que la vague d’indignations était justifiée ? Pour l’instant pas de réaction de la Ministre des postes et des télécommunications suite à cette annonce. Elle s’était pourtant évertuée à expliquer le fonctionnement de cette taxe et à dénoncer les « mal compréhensions » et spéculations autour d’elle. Mais déjà les internautes et mêmes les personnalités politiques engagées contre cette taxe jubilent.

Nombreux sont ceux qui louent l’efficacité de la protestation en ligne.

 

 

Aurore Bonny

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here